Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Covid-19> Entretien avec l’ambassadeur Li Changlin

La pandémie du coronavirus  déstabilise et continue à déstabiliser  le monde. Face à la pandémie, le monde se mobilise aussi pour essayer de la maîtriser ou de la combattre définitivement. L’ambassadeur de la République populaire  Chine au Burundi, Li Changlin, salue l’action que le gouvernement du Burundi est en train de mener à travers le dépistage de masse de la Covid-19. Il apprécie le combat que le monde mène en synergie pour lutter contre le coronavirus. Son pays joue un rôle prépondérant dans ce combat en général et à travers la coopération bilatérale avec le Burundi en particulier. Le diplomate chinois s’est exprimé en long et en large sur la lutte contre la pandémie lors d’un entretien nous accordé le 13 juillet 2020. AMBASSADEUR

« Face à la propagation de l’épidémie à l’échelle mondiale surtout à l’échelle  africaine, tous les pays du monde entier doivent travailler ensemble, conjuguer les efforts  dans la lutte contre la Covid-19 », estime l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Burundi, Li Changlin. Conscient des dégâts  que la Covid-19 cause, il dit qu’il suit de près le développement de  l’épidémie au Burundi. « Je suis heureux de constater que le nouveau président du Burundi, Evariste Ndayishimiye, ait lancé une vaste campagne intitulée ‘Zéro Covid-19 », apprécie M. changlin. Il indique avoir suivi attentivement le discours du Chef de l’Etat surtout les mesures annoncées par M. Ndayishimiye visant la lutte contre l’épidémie de Covid-19, un ennemi de la population burundaise et qui constitue la grande préoccupation du nouveau gouvernement.  Le diplomate chinois salut aussi  les mesures d’accompagnement à la vaste campagne qui ont été annoncées par le chef de l’Etat. Pour rappel, il s’agit de la réduction du prix du savon et d’une probable réduction du prix de consommation de l’eau ; l’appel au respect des mesures d’hygiène annoncées par le ministère de la Santé publique.  Le refus à se faire dépister pour une personne présentant des signes de la maladie est passible de sanctions, toujours dans le cadre de combattre la Covid-19.  

Une expérience à partager avec les autres pays

« Nous avons connu toutes ces étapes dans la lutte contre la Covid-19. La Chine, en l’espace de deux mois, a réussi à endiguer  la circulation du virus et en particulier il y a un mois,  nous avons découvert  un nouveau foyer  de l’épidémie mais, nous avons réussi à contenir la circulation du virus.  Toutes les expériences nous font comprendre que c’est une maladie contrôlable et curable », rassure M. Changlin. Avec un passage en revue des prestations des pays  dans la gestion de cette crise sanitaire, il y a lieu de dégager quelques éléments   pouvant conduire à endiguer la transmission du virus. La Chine a une expérience à partager en rapport avec le virus. A ce sujet, M. Changlin informe que  le président chinois Xi Jinping est engagé à mobiliser tous les efforts pour vaincre l’épidémie. En effet, à chaque étape de la lutte contre le virus, le président chinois a toujours donné des directives, des instructions et des stratégies destinées à contrôler le coronavirus. « Nous avons préconisé un protocole sanitaire dans la lutte contre le virus », souligne M. Changlin. Il est notamment question de « Détection précoce, quarantaine précoce et traitement précoce » précise l’ambassadeur chinois qui est par ailleurs  ravi de constater que le Président Ndayishimiye  a, lui aussi, donné une stratégie et des mesures d’accompagnement qui, visiblement s’adaptent à la réalité sur terrain au Burundi. Tout cela conduit à conclure que nous sommes dans une nouvelle phase dans la lutte contre le virus. Les actions du ministère de la Santé publique, dans le cadre de lutte contre le virus ainsi que le fait d’annoncer publiquement les nouveaux cas issus du dépistage  sont admirables. « Ces chiffres  rassurent la population et cela est susceptible de réduire la panique et renforcer la confiance au gouvernement pour une bonne gestion de cette crise sanitaire », estime le diplomate chinois. Il trouve que la campagne en cours au Burundi a déjà donné des résultats escomptés à court terme. Cela va contribuer dans la réduction de l’épidémie. Ce qui va aider le Burundi à gagner la bataille contre le coronavirus. Il apprécie l’engagement de la population  à cette opération. Faisant allusion à la Chine, M. Changlin indique que lorsque l’épidémie s’est déclarée dans son pays, le mécanisme de contrôle et de traitement de la maladie a fonctionné à merveille et continue à l’être. Les professionnels de la santé, les militaires, les policiers et les volontaires restent à l’œuvre. Ce qui permet de maintenir la stabilité dans toute la société chinoise.

Pour gagner, la bataille doit être commune

 Li Changlin apprécie la solidarité, la coopération internationale dans la lutte contre la Covid-19. Dans ce combat, la Chine met en application l’idée préconisée par le président Xi Jinping, à savoir la fameuse idée de la construction de la Communauté de santé pour l’Humanité.  Face au développement de l’épidémie, M. Changlin ne doute pas que les pays du monde  partagent l’idée de solidarité et qu’il faut une coopération internationale pour faire face à l’épidémie. En ce qui concerne la construction de la Communauté de santé pour l’Humanité, le diplomate chinois indique que ce ne sont pas uniquement des mots. En effet, il précise que son pays a déjà mené des actions de façon bilatérale et internationale pour travailler ensemble avec les autres pays dans cette bataille. Le président burundais, Evariste Ndayishimiye, souligne lui aussi que la solidarité internationale est un élément important pour vaincre le coronavirus. Déjà, le Burundi a bénéficié du soutien de la communauté internationale dans le cadre de la coopération internationale. Dans le cadre de la coopération bilatérale, il a déjà bénéficié du soutien de la Chine et de l’Egypte. Nul doute donc qu’une bataille commune permettra de vaincre la pandémie. 

Le cru et le cuit

Sur le plan de la coopération bilatérale sino-burundaise dans le cadre de la gestion du coronavirus, ambassadeur Li Changlin  revient d’abord sur les relations entre son pays et le Burundi, les relations de toutes les saisons, de tous les climats comme il les qualifie. « Nous partageons le cru et le cuit dans toutes les circonstances », dit-il. Il ajoute qu’après l’apparition du coronavirus au Burundi, son pays a été le premier à accorder l’assistance au Burundi. La Chine a envoyé plusieurs lots de matériels médicaux  au Burundi. Les experts médicaux des deux pays ont organisé plusieurs téléconférences dans le souci d’échanger des expériences en matière de contrôle et de traitement de cette maladie. La Première dame de la Chine a également promis des lots de matériels médicaux à l’organisation des premières dames africaines. Ces  lots sont destinés à cinquante-trois pays africains dont le Burundi. M. Changlin informe que les matériels destinés au Burundi sont déjà arrivés et seront bientôt remis à la Première dame du Burundi. Son pays veut aussi construire le siège du Centre africain de prévention et de contrôle des maladies. Xi Jinping veut également construire des hôpitaux d’amitié en faveur des pays africains. La Chine  veut aussi mettre en œuvre des mécanismes de coopération entre les hôpitaux chinois et africains. Une annonce  a également été faite aux pays africains que lorsque le développement et le déploiement du vaccin  débutera, ces pays seront les premiers à en bénéficier. Il rassure que la Chine est déterminée à accompagner le Burundi dans cette campagne de dépistage de masse, « zéro Covid-19 », dans la mesure du possible. La Chine continuera à apporter son soutien sous diverses formes aux pays africains, y compris le Burundi.         « Nous sommes persuadés que c’est en restant unis, solidaires que nous allons gagner la bataille contre la Covid-19. Après avoir surmonté toutes les difficultés, après avoir vaincu le coronavirus,  l’amitié entre la Chine et le Burundi sera renforcée, et notre coopération sera portée à un niveau élevé » conclut l’ambassadeur Li Changlin. 


ALFRED NIMBONA

Ouvrir