Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Catastrophes naturelles> Renforcement de la résilience

Prévenir les catastrophes naturelles est une tâche qui demande une synergie des parties intervenant dans ce domaine mais aussi celle de la communauté locale. Dans un document de l’Union européenne sur la réduction des risques de catastrophes, des projets visant à renforcer la résilience des populations sont lancés pour qu’elles puissent faire face à ces défis et s’y adapter.

La mesure d’appui à la résilience des populations du Burundi vise à renforcer les capacités des bénéficiaires et des communautés à faire face, à s’adapter et à récupérer rapidement à la suite du stress et des chocs. Ces mesures doivent toutefois s’aligner sur les priorités du Plan national de développement 2018-2027. Ainsi, des programmes ont été lancés par l’Union européenne afin d’aider la population dans le renforcement de cette résilience.A travers le programme Tubeho neza, l’objectif global est le renforcement de la résilience de la population burundaise. L’objectif spécifique est donc d’améliorer la sécurité alimentaire, la nutrition, la prévention et la gestion des conflits communautaires pour 2,45 millions de personnes. Cela passera par  le renforcement  durable de leurs moyens de subsistance dans 41 communes de 14 provinces du Burundi. Mais, spécifiquement, les programmes en rapport avec la réduction des risques liés aux catastrophes viseront à couvrir la totalité du pays, soit 18 provinces et 119 communes. 

La sécurité alimentaire

Le programme couvrira les domaines de la securité alimentaire en veillant au renforcement de la disponibilité, l’accessibilité, la qualité, la stabilité des intrants agricoles de qualité ; en faisant la promotion des activités génératrices de revenus, des transferts monétaires en période de soudure, d’épargne crédit, de réduction des risques de catastrophes (RRC) et du système d’alerte précoce. Quant aux bénéficiaires, 40 811 producteurs ont une formation agricole, 31 650 ménages bénéficient d’activités génératrices de revenus ; 1 195 groupes d’épargne –crédit sont créés, avec un budget de 58 millions d’euros. En ce qui concerne le volet réduction des risques de catastrophes,   des solutions comme une meilleure préparation et une capacité de réponse du niveau communautaire sont prévues. En plus, il sera élaboré une cartographie des risques ; on procédera à un renforcement des mécanismes institutionnels ainsi qu’à une mise en œuvre des plans de contingence, etc. 

Document Exploité par Blandine Niyongere

Ouvrir