Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FABRICATION DES BRIQUES AU QUARTIER RUZIBA> Sa contribution économique

La fabrication des briques est une activité effectuée le plus souvent pendant la période d’été. Au quartier Ruziba surtout dans les endroits proches de la rivière Mugere, cette activité est florissante. Des jeunes, des femmes et des hommes sont régulièrement à l’oeuvre. Certains disent que  c’est une activité très bénéfique qui contribue économiquement dans la satisfaction de certains de leurs besoins. Néanmoins, en dépit de la réjouissance liée à cette activité, les défis ne manquent pas. briques

Lors de notre visite le mardi 10 juin 2020 dans différents endroits où se fabriquent les briques au quartier Ruziba de la zone Kanyosha en mairie de Bujumbura, nous nous sommes entretenu avec quelques fabricants de ces briques. Innocent Hakizimana, marié et père de deux enfants a indiqué que la période d’été est bénéfique pour certaines personnes. Cette dernière est attendue impatiemment. M. Hakizimana a fait savoir que  même si l’activité de fabrication de briques demande beaucoup d’énergie, il en est fier dans la mesure où elle l’aide à gagner sa vie. « La période d’été est très favorable  pour moi, car comme je n’ai pas pu terminer mes études, je ne peux pas m’attendre à un emploi. Raison pour laquelle je profite de cette activité saisonnière pour travailler assidument et gagner le paix pour ma famille», a-t-il indiqué.

Respecter les mésures du ministre de l’Environnement

Un des responsables de ces activités de fabrication des briques nous a expliqué que pour commencer l’activité, on doit nécessairement louer l’endroit avanr de l’exploiter. Il a également signalé que le respect de ne pas dépasser trente centimètres de profondeur pour creuser en récupérant la terre est obligatoire. Cela ressort  des mesures prises par le ministère de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage à l’endroit des fabricants de briques, a-t-il ajouté.En plus, notre source se réjouit de cette activité parce que, les filles ou les femmes, les jeunes et les hommes, tous sont employés sans aucune distinction. Cela est également bénéfique pour les femmes étant donné que, dans cette période, les activités champêtres ne s’exercent pas.Toutefois, notre interlocuteur déplore le manque de capital suffisant. «La plupart des cas, on utilise de l’argent des crédits contractés dans les associations et si le travail ne tourne pas bien, on risque de manquer l’argent pour payer les intérêts des crédits, voire le capital», a-t-il souligné.

Claude Hakizimana (stagiaire)

Ouvrir