Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

UNIVERSITE DU BURUNDI> Commémoration du 25e anniversaire des massacres des étudiants hutus

En collaboration avec l’association Zirikana UB-95, l’Université du Burundi a procédé, le jeudi 9 juillet 2020, à la commémoration du 25e anniversaire des massacres des étudiants hutus commis dans ses différents campus le 11 juin  et le 20 juillet 1995. Le ministre en charge de l’éducation nationale demande aux témoins d’oser dénoncer les auteurs afin que le bien vainque le mal.massacres

Le ministre de l’Education nationale et de la recherche scientifique, Gaspard Banyankimbona, s’est inscrit en faux contre les massacres des étudiants Hutus par leurs collègues Tutsis et soutenir les familles des victimes. La commémoration de ces massacres a pour objectif de faire connaitre les étudiants de différents universités tant publiques que privées ce qui s’est passé et de toujours méditer sur ce qui est interdit afin qu’ils renforcent la cohésion dans leurs diversités. Selon M. Banyankimbona, les différentes composantes de la communauté estudiantine se sont données pour consolider la paix et la sécurité pour tous ainsi que la préparation d’un bon avenir des enfants du Burundi. Il a salué l’initiative des dirigeants de l’Université du Burundi de commémorer les tragédies du passé afin de donner l’occasion aux familles des victimes et les rescapés de toujours se rappeler qu’ôter la vie de quelqu’un sur base de son identité est un crime abominable à éradiquer dans le monde entier. Le ministre de tutelle a salué l’implication de la CVR qui ne ménage aucun effort pour mettre au clair la vérité sur les massacres à l’UB et partout dans le pays ainsi que d’autres associations de la société civile qui se soucient de questions du genre. Il a fait un clin d’œil à la jeunesse notamment les étudiants d’éviter les divisions tout en gardant dans leurs cœurs que l’avenir du pays est entre leurs mains. Il a demandé à la CVR de poursuivre et soutenir l’Université du Burundi dans la recherche de la vérité et de ce qui est caché derrière ces massacres. Selon lui, le gouvernement soutient le travail amorcé par la justice visant à rechercher les auteurs des crimes et à les juger conformément à la loi.

Cent onze victimes sont jusqu’ici connues

Comme les présidents de la CVR et de Zirikana UB l’ont dit auparavant, le ministre Banyankimbona l’a également souligné qu’après 25 ans, les témoins de ce qui s’est passé sont encore vivants. Il leur demande de ne pas avoir et d’oser dénoncer les autres de ces massacres afin que le bien vainque le mal. Selon le président de la CVR, Pierre Claver Ndayicariye, les fouilles de 14 fosses lui indiquées n’ont montré que les restes d’une des 111 victimes jusqu’ici connues. Selon les investigations de la CVR, les victimes seraient jetées dans la rivière Rusizi y conduites par les véhicules de la gendarmerie d’alors et les gendarmes n’ont rien fait pour arrêter ces massacres et dénoncer les auteurs. Il dit que la CVR continue à chercher la vérité sur ces massacres.Quant au président de l’association Zirikana UB-95, Joseph Nkurunziza, ces massacres étaient préparés pour décimer la pépinière des intellectuels à l’UB après l’assassinat du président Melchior Ndadaye et ses collaborateurs. M. Nkurunziza qualifie de ces massacres de génocide des hutus à l’UB. Il demande au gouvernement de s’impliquer davantage dans la recherche et le jugement des criminels dans le but de la réconciliation des burundais.Les cérémonies avaient commencé par une messe en mémoire de ces victimes. Mgr Jean Louis Nahimana a indiqué, dans son homélie, que cette commémoration constitue un moment opportun de rendre hommage et de prier pour ces victimes pour que Dieu libère le Burundi du péché de massacre.Etaient présents à ces cérémonies les cadres de la présidence de la République, quelques ministres, l’ex président Sylvestre Ntibantunganya, les cadres de la CVR, de la CNTB et de la CNIDH, les députés, différentes autorités ainsi que les familles des victimes des massacres des étudiants Hutus à l’UB en 1995.

EZECHIEL MISIGARO

Ouvrir