Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FONDATION MARIYA ARAFASHA> Encadrement des jeunes chômeurs

Depuis le mois de mars 2020, la fondation «Mariya arafasha» dans son projet «contribution à la promotion d’une culture de paix et de réconciliation par le renforcement de la résilience des jeunes burundais à la manipulation organise des séances de formation en informatique pour les jeunes chômeurs. L’objectif est d’inciter les jeunes à l’amour du travail et à la cohésion sociale.loisir


Vincent Ntukamazina, le coordonateur de ce projet fait savoir que la fondation «Mariya arafasha» a pensé ce projet dans l’optique d’aider dans la cohésion sociale à travers les jeunes chômeurs. Il souligne que la plupart de ces jeunes sont ceux qui terminent les Humanités générales. Selon M. Ntukamazina, la période d’attente pour aller à l’université est difficile car les jeunes pourraient être influencés par le désœuvrement et  se lancaient  dans des activités ignobles comme la consommation de la drogue.  A la question de savoir les critères de recrutement à cette formation,  M. Ntukamazina répond  qu’il n’y a pas de critères particuliers de recrutement. Il souligne que la fondation «Mariya arafasha» lance un communiqué et ceux qui sont disponibles se font s’inscrire. Il souligne qu’en plus de cette formation en informatique, la fondation « Mariya arafasha » encadre les jeunes dans des clubs culturels.  

La jeunesse est facile à manipuler

 M. Ntukamazina  indique que la jeunesse est une force vive qu’il est très nécessaire à canaliser car elle est facilement manipulable. C’est pourquoi, il invite tout un chacun d’inciter la jeunesse à l’amour du travail. Cela va permettre d’éviter la fréquentation des « ligalas » qui ne sont pas des meilleurs  endroits pour un bon avenir du pays.  Il interpèlle les jeunes qui n’ont pas d’occupations de saisir l’opportunité qui se présente afin de préparer leur avenir. Aussi, il précise que durant ces jours, les jeunes s’exposent beaucoup plus à la manipulation par les téléphones portables ce qui engendre des rumeurs qui circulent ici et là. C’est pourquoi il conseille les jeunes de fréquenter les centres d’encadrement car ils bénéficient des formations  pour les programmes bien précis. M. Ntukamazina  interpelle tout un chacun a investir dans l’encadrement des jeunes afin de les inciter à travailler pour un meilleur avenir du pays. Car, le pays ne peut pas atteindre le développement durable sans la contribution de la jeunesse. 


Fidès Ndereyimana

Ouvrir