Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

OURNEE MONDIALE SANS SACS PLASTIQUES > Etat des lieux de la lutte contre les emballages non biodégradables en mairie de Bujumbura

Le 3 juillet  de chaque année, le monde entier célèbre une journée mondiale sans sacs plastique. Le Burundi s’est joint aux autres pays du monde dans la lutte contre l’utilisation des emballages non biodégradables. C’est pour cette raison qu’un décret n° 100/099 du 8 août  2018  interdisant la fabrication, l’importation, l’utilisation et la vente  des sachets et d’autres emballages non-biodégradables au Burundi a été mis en place et  un délai limite d’arrêt pour ces emballages avait pris fin  le 8 février 2020. A cet effet, le constat est qu’il y a encore ces emballages non biodégradables dans certains marchés de la municipalité de Bujumbura.Sachet

La rédaction du journal «Le Renouveau» a effectué une visite le jeudi 2 juillet 2020 dans certains marchés de la mairie de Bujumbura pour s’enquérir de l’état des lieux de la lutte contre l’utilisation des sachets et d’autres emballages non biodégradables. Malgré l’interdiction de la fabrication, l’importation et de la vente des emballages en plastiques au Burundi depuis le 8 février 2020, ces derniers sont toujours présents  dans certains marchés visités. Au marché de  Bujumbura City Market, Jean Ntaho a affirmé que la vente des sachets non biodégradables continue. «Il sera difficile pour nous, les commerçants  détaillants, de stopper la vente des sachets au moment où il y en a dans les stocks d’approvisionnement au centre-ville de Bujumbura», a-t-il dit. Mais, il a, par contre, souligné qu’il y a eu une diminution à partir de la sortie de la mesure interdisant la vente de ces emballages non biodégradables. Selon Houdi Hassan Nizigiyimana, le prix des sachets a augmenté dans derniers temps. Il précise que le sachet noir s’achète entre 200fbu et 250fbu, celui en couleur verte coute entre 400fbu et 500fbu. M. Nizigiyimana a informé que même s’il existe d’autres emballages biodégradables, leur prix reste élevé, il varie entre 500fbu et 1200fbu en fonction de la grandeur de cet emballage biodégradable. Au marché de Ngagara II dit «Cotebu», la vente des sachets non biodégradables est une réalité. Des enfants sillonnent tous les points du marché avec les sachets non biodégradables dans leurs mains à la recherche des clients.  Le constat en est que ces emballages non biodégradables sont encore utilisés par beaucoup de gens pour, soit conserver, soit emporter les aliments ou d’autres biens. Les autorités habilitées devraient continuer à sensibiliser la population sur les méfaits de ces emballages non biodégradables et veiller à la mise en application du décret interdisant leur utilisation au Burundi pour sauvegarder l’environnement. 

Claude Hakizimana (Stagiaire)

Ouvrir