Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

les vaillantes> Valorisation des femmes en situation de handicap

Quelle est la valeur des femmes en situation de handicap dans la société burundaise vis-à-vis des autres femmes et devant les hommes qui n’ont pas de handicap ? Comment sont elles considérées dans la société ? Anne Marie, une femme en situation de handicap répond à ces questions.hand23


Dans un entretien avec Anne-Marie Nduwimana, membre fondatrice de l’association les Vaillantes, une association des femmes en situation de handicap oeuvrant à Bujumbura, fait savoir que les femmes vivant avec handicap sont moins considérées dans la société burundaise par rapport aux autres femmes qui ne le sont pas. Même si le texte international des droits  des personnes vivant avec le handicap a été ratifié par le Burundi  le 26 mars 2014, celui-ci n’est pas mis en application. Elle  ne nie pas toutefois qu’il y a une avancée significative ces derniers temps car la situation a changé comparativement aux années antérieures où cette catégorie de femmes étaient négligées, rejetées et sous-estimées par le reste de la population. Les autres les considéraient comme des incapables et invalides dans la société. Même leurs familles ne les considéraient pas. 

Aujourd’hui, elles participent dans la vie de la famille

Aujourd’hui, les femmes vivant avec  handicap sont membres des associations grâce à la sensibilisation et beaucoup d’entre elles  reçoivent des formations qui les aident à faire vivre leurs familles. Mme Nduwimana salue aussi l’appui du gouvernement et des  prêtres ainsi que des sœurs religieuses qui ont commencé à leur assurer des soins de santé.  «Aujourd’hui les femmes vivant avec  handicap se marient et mettent au monde des enfants. Elles éduquent comme toute autre femme. Elles s’occupent des travaux ménagers et bien d’autres tâches », indique-t-elle. L’inquiétude est liée au fait que ces femmes ne sont pas beaucoup impliquées dans d’autres activités. 

Une place qu’il faut

Anne-Marie Nduwimana  demande que la société burundaise puisse considérer les femmes vivant avec handicap comme les autres femmes car elles sont aussi capables de travailler, de produire et de faire vivre leurs familles. « Nous sommes capables d’exercer différents métiers dans des entreprises où nous pouvont mettre en pratique nos connaissances pour le bien-être de tous », informe-t-elle. Elle  demandé au nouveau gouvernement de mettre en application le texte sur les droits des personnes vivant avec le handicap.             

    Eliane Nduwimana ( STAGIAIRE )

 

Ouvrir