Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

femme rurale > Rôle des groupes de solidarité

L es groupes de solidarité permettent aux membres de s’auto développer sur la base de la coopération entre eux.Cela fait que la femme rurale  trouve sa place dans son développement tant économique que social. Les membres de ces groupes exercent des activités d’épargne et de crédit. Ces micro crédits contractés, aident  les membres à satisfaire à leurs besoins élémentaires.choux1

 Les membres de ces groupes exercent des activités d’épargne et de crédit. Ces micro crédits contractés, aident  les membres à satisfaire à leurs besoins élémentaires.Actuellement, les groupes de solidarité sont multiples dans toutes les provinces  du pays. Ces groupes sont créés par les différentes ONG tant locales qu’internationales à travers leurs différents projets. Le but de la création de ces groupes est d’amener les groupements de femmes à se tourner vers la mise en place des coopératives et passer ainsi aux crédits mutuels, à la création des source de revenue.Chaque groupe a une structure de travail bien établie et les activités sont assurées par les responsables du projet.Mme Ruzoviyo, membre du groupe de solidarité Tujijuke s’est entretenue avec  le journal «Le Renouveau» concernant sur le rôle de ces groupes dans le développement économique et social.« Avant d’intégrer dans le groupe,  je venais de perdre mon mari et j’avais  six enfants à charge et sans ressource financière. Avec mon intégration dans ce groupe, j’ai pu contracter un crédit de 15 000 FBu et avec cet argent, j’ai fait un petit commerce de la bière de banane». Après chaque année d’épargne, les membres se réunissent pour partager leurs dividendes ainsi que les bénéfices générés.C’est grâce aux microcrédits que j’ai pu acheter un grand champ de culture à Bugarama. Aujourd’hui, ma famille  et moi vivons de la culture des légumes très spécialement la culture des choux. Je suis cultivatrice et en même vendeuse des choux, a-t-elle poursuivi. Selon Françoise Ruzoviyo, le rôle des groupes de solidarité n’est pas seulement lié au développement économique mais aussi  social. Les membres contribuent également au  développement social du fait qu’ils s’entraident mutuellement. En cas de difficultés d’un membre du groupe, chaque membre a le devoir de s’impliquer et d’aider la personne en difficulté, affirme-t-elle. « Nous avons créé une caisse sociale dans le but d’utiliser cette somme en cas de difficultés ».           

    ELIANE RENILDE NDUWIMANA(STAGIAIRE)

Ouvrir