Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial> Chine-Burundi : Une amitié sincère avançant toujours dans la bonne direction

Le Conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine Wang Yi a effectué dans la journée du samedi 11 janvier 2020 une visite de travail et d’amitié dans notre pays où, dès son arrivée à l’Aéroport international Melchior Ndadaye, il a été cordialement accueilli par son homologue burundais Ezéchiel Nibigira. C’est avec ce dernier que le chef de la diplomatie chinoise a eu ses premiers entretiens avant d’être reçu en audience par le Deuxième vice-président de la république du Burundi Joseph Butore au palais présidentiel Ntare Rushatsi, un bel édifice construit grâce aux relations fructueuses d’amitié et de coopération sino-burundaises. C’est justement de ces relations d’amitié, de coopération sino-burundaises dont il a été question au cours des entretiens, les gouvernements chinois et burundais s’engageant fermement à les consolider dans l’intérêt des peuples chinois et burundais. Il nous plaît de rappeler que le gouvernement chinois observe invariablement le principe de l’égalité et des avantages réciproques dans ses relations bilatérales et multilatérales. C’est grâce à l’excellence des  relations d’amitié et de coopération sino-burundaises que le grand et beau pays de Confucius oeuvrera à la modernisation de l’Aéroport international Melchior Ndadaye  et à la construction d’un bâtiment moderne devant abriter le ministère burundais des Affaires étrangères et ses différents services.

C’est dire qu’entre l’Empire du milieu et le Cœur de l’Afrique s’est solidement établie une amitié sincère avançant toujours dans la bonne direction.Le Conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine Wang Yi s’est dit heureux de visiter un pays jouissant pleinement de la paix et de la sécurité, tout en indiquant que son pays soutiendra toujours le Burundi dans sa lutte contre tout ce qui est de nature à lui ravir sa souveraineté. Il ne peut en être autrement car la politique et les relations extérieures de la Chine nouvelle reposent sur des principes inviolables dont celui de la non ingérence dans les affaires intérieures d’autres Etats. Depuis sa fondation en 1949, la Chine nouvelle s’est dotée d’une diplomatie aux couleurs chinoises œuvrant pour l’intérêt général des peuples de la planète, s’engageant pour l’équité et la justice, visant à promouvoir les avantages réciproques dans le contexte de la coopération gagnant-gagnant. Il nous convient de rappeler qu’en 2018, la Conférence centrale des affaires extérieures a affirmé et réaffirmé le rôle directeur de la pensée du président Xi Jinping sur la diplomatie de la Chine nouvelle, une diplomatie respectueuse de la souveraineté d’autres Etats.Avec la visite de travail et d’amitié dans notre pays du Conseiller d’Etat et ministre des Affaire étrangères de la République populaire de Chine Wang Yi, c’est l’affirmation d’une amitié sino-burundaise solide qu’il faut souligner à gros traits. Il s’agit d’une amitié sincère engageant une nouvelle dynamique de développement profitable à tous.

Louis Kamwenubusa

 

Présidence de la République > Réunion d’évaluation des réalisations de la province de Ngozi au cours de l’année 2019

Les activités réalisées sont estimées à vingt-six milliards de francs burundais

00a1bbb1Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza,  en même temps natif de la province de Ngozi a participé le samedi 11 janvier 2020, à une réunion d’évaluation des réalisations de ladite province au cours de l’année de 2019. Elle a été organisée par le gouverneur Albert Nduwimana à l’intention des natifs de cette province. Parmi les conseils prodigués par le chef de l’Etat aux natifs de cette province et à tout le peuple burundais, figure celui de continuer à développer les coopératives.  


A la sortie de cette réunion, le porte- parole adjoint du chef de l’Etat, Alain Diomède Nzeyimana, a indiqué qu’il s’agissait d’une réunion ordinaire qui est organisée chaque année. Elle a commencé par un film documentaire qui montre les réalisations de chaque commune de ladite province. « Les administrateurs ont présenté tour à tour les activités qu’ils ont réalisées, dans les secteurs d’agri-élevage, d’infrastructures, de coopératives, de la protection de l’environnement, etc. Il a été indiqué que les activités réalisées sont estimées à vingt-six milliards de franc burundais dont 30% qui ont été effectuées  par les privés ». 

Ngozi, une ville qui occupe une bonne place

De son côté, le président de la République a profité de cette occasion pour féliciter les natifs de la province de Ngozi car cette dernière occupe une bonne place au niveau du classement  des provinces. Beaucoup de fois elle se classe même la première. Il a indiqué que « la ville de Ngozi est bien organisée ; c’est une ville qui, après la capitale économique Bujumbura, vient en deuxième position. Elle est même beaucoup visitée à travers le tourisme intérieur. C’est aussi une ville qui organise de différentes activités intéressantes ».  Selon M. Nzeyimana, le chef de l’Etat a fait remarquer que la ville de Ngozi a été créée par des étrangers et que par conséquent, il faudrait créer dans l’avenir une autre ville dont tous les Burundais seront fiers, et il a suggéré qu’elle soit à Vyegwa. Parlant de cette localité, a indiqué M. Nzeyimana, le chef de l’Etat a informé qu’il existe deux projets. « L’un sera exécuté par la fondation le Messager, qui s’occupe du sport. Ils ont un projet de construire un stade moderne qui va regrouper beaucoup de disciplines : le basketball, le volleyball, le karaté, etc, ainsi qu’un stade  moderne pour le rallye des voitures. Ils ont déjà obtenu le terrain et ils vont bientôt commencer à construire ». D’après le porte-parole adjoint du chef de l’Etat, un autre projet sera piloté par la fondation Jehova Shalon de la Première dame du Burundi mais qui comporte beaucoup d’autres membres. « Ils veulent promouvoir la vie religieuse, en apprenant par exemple, aux enfants des instruments musicaux ; à organiser des prières auxquelles les participants peuvent provenir d’Afrique, etc ». 

Continuer à développer les coopératives

Comme l’a souligné M. Nzeyimana, le chef de l’Etat a terminé en invitant les natifs de Ngozi et tous les Burundais à être solidaires, à continuer à développer les coopératives d’autant plus que les coopératives Sangwe se trouvent sur toutes les collines du pays et à continuer à soutenir le Plan national de développement 2018-2027. A la fin de la rencontre, le gouverneur de la province de Ngozi, Albert Nduwimana, a, au nom de la population de cette entité territoriale,  offert au chef de l’Etat, onze vaches et plusieurs paniers des produits vivriers récoltés dans cette province en guise de remerciement pour ses réalisations envers le Burundi, en général et la province de Ngozi, en particulier. 

Astère Nduwamungu

 

Présidence de la République > Messe dominicale à la Cathédrale anglicane de Buye

« Que l’année 2020 soit une année de bénédictions et de succès pour les Burundais »

00aszLe président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, s’est associé aux  chrétiens de l’église anglicane de Buye en commune Mwumba dans la province de Ngozi, dans une prière dominicale, le dimanche 12 Janvier 2020. Cela a été une occasion pour lui de souhaiter les vœux du nouvel An à ces chrétiens que l’année 2020 soit pour eux, et pour tous les Burundais, une année de bénédictions et de prospérité.


Ce culte a débuté par les chants de louange des différentes chorales de cette église. Se basant sur quelques versets bibliques, Mgr. Macumi a, dans sa prédication, indiqué que tout chrétien n’a pas à dénigrer ou à minimiser les autres devant Dieu car il est partout et se montre à tout le monde. Donc, il n’y a pas de favoritisme chez Dieu, a souligné Mgr. Macumi. Et d’indiquer que le salut de Dieu est pour tout le monde sans distinction aucune.  « Dieu écoute tout le monde et exhausse les prières de ceux qui croient  en Lui et qui L’aiment mais aussi ceux qui accomplissent sa volonté ». Dans son message de salutations aux chrétiens de cette église, le chef de l’Etat a d’abord rendu grâce à Dieu parce que les Burundais ont terminé l’année 2019 et débuté l’année 2020 dans la joie de Noël, du nouvel An en toute tranquillité.  Il a ainsi souhaité un joyeux Noël et les vœux du nouvel An à ces chrétiens et aux Burundais en général, tout en souhaitant que l’année 2020 soient  pour eux une année de bénédictions et de succès plus que les années antérieures.

« Que toutes les promesses de Dieu s’accomplissent sur le Burundi »

Toujours dans son message de salutations, le président de la République a informé qu’il a voulu faire jumelage des révélations que Dieu a données aux Burundais lors de la prière d’action de grâce organisée à la fin de l’année 2018 à Buye avec celles reçues lors de celle organisée en commune  Itaba dans la province de Gitega à la fin de 2019. Il a ainsi souhaité que toutes ces promesses s’accomplissent sur le Burundi en général, et sur la localité de Buye, en particulier. Il a ainsi rappelé qu’à Itaba, le Dieu Tout Puissant a promis de continuer à se réveler  aux Burundais et à détruire les forces des ennemis du Burundi. Il va aussi manifester des signes sur le Burundi que personne ne pourra changer.  Dieu va ouvrir les portes du Ciel afin que les bénédictions divines puissent inonder le Burundi. Il va également donner la sagesse au peuple burundais pour en faire un peuple extraordinaire au niveau du monde entier. Il a terminé en demandant les bénédictions divines pour les chrétiens de cette église et pour tous les Burundais.Le chef de l’Etat a clôturé la journée en suivant deux matchs de football au Stade Urukundo de Buye. Le premier, comptant pour le championnat national Primus ligue, a opposé le Messager Ngozi et Rukinzo FC. Il s’est soldé par un score de deux buts à zéro en faveur de Messager. Le deuxième match, qui était un match amical, a opposé Lumière FC de la commune Mwumba à Ouragan FC de Kayanza.

Astère Nduwamungu

 

Plan d’actions prioritaires Burundi 2018-2022> Développement du secteur minier

Le gouvernement du Burundi a élaboré les orientations stratégiques et les perspectives de développement. Les défis qui ont été identifiés au niveau sectoriel et à travers les consultations communautaires ont permis de dégager cinq orientations stratégiques. Il s’agit de développer les secteurs porteurs de croissance pour la transformation structurelle de l’économie, le capital humain ; l’environnement, les changements climatiques et l’aménagement du territoire ; la gouvernance ; la sécurité et la sauvegarde de la souveraineté nationale ; ainsi que la mobilisation des ressources innovantes. 


En vue d’exploiter efficacement les potentialités du secteur minier, le programme d’actions prioritaires 2018-2022 mettra principalement l’accent sur la réforme du secteur minier, l’intensification des activités de recherche géologique et minière, le développement du partenariat technique et financier dans le domaine de la prospection, de l’exploitation et de la transformation ainsi que l’intégration des questions environnementales dans le secteur minier. Le premier objectif stratégique est de promouvoir le secteur minier, de la carrière et pétrolier pour optimiser leur contribution à la croissance et au développement socio-économique du pays. La réalisation de cet objectif stratégique passera par la mise en œuvre des différents programmes. On note la réforme institutionnelle dans le secteur minier et géologique ; l’adoption d’une politique minière nationale fondée sur le principe d’équité «gagnant-gagnant» dans le partage des revenus du secteur ; l’intensification des activités de recherche géologique et minière ; le développement du partenariat technique et financier dans le domaine de la prospection, de l’exploitation et de la transformation ainsi que l’intégration des questions environnementales dans le secteur minier. 

Amélioration de la gestion du secteur minier

Dans cet objectif, il y a un programme de réforme institutionnelle dans le secteur minier et géologique. Ce programme vise l’amélioration de la gestion du secteur minier. Il sera réalisé à travers le projet d’adaptation du cadre légal et institutionnel aux réalités du moment et l’équipement de l’Office burundais des mines et carrières. Il y a également le programme d’adoption d’une politique minière nationale fondée sur le principe d’équité «gagnant-gagnant» dans le partage des revenus du secteur. Ce programme vise à, d’une part instaurer la bonne gouvernance, la transparence dans la gestion du secteur minier ainsi que la traçabilité des minerais  et, d’autre part renforcer l’encadrement et la formalisation des activités artisanales. Il s’appuiera sur les projets de promotion de la bonne gouvernance et de la transparence dans le secteur minier ; la traçabilité et la certification des minerais ainsi que la formalisation et l’encadrement des activités d’exploitation artisanale des substances minérales et des matériaux de construction. En troisième lieu, il y a un programme d’intensification des activités de recherche géologique et minière. Ce programme comporte les projets de renforcement des capacités techniques des services de recherche géologique et minière ; la prospection et l’exploitation des substances minérales non encore identifiées ; l’exploitation et l’évaluation des gisements de calcaire et autres ; le développement du partenariat technique et financier dans le domaine de la prospection, de l’exploitation et de la transformation ; ainsi que l’équipement du laboratoire de métrologie. 

Intégrer les questions environnementales dans le secteur minier 

Le second objectif stratégique est d’intégrer les questions environnementales dans le secteur minier. L’exploitation durable des ressources minérales suppose une bonne gestion et protection de l’environnement. C’est dans cette optique qu’il s’avère nécessaire d’intégrer les questions environnementales  dans  le  secteur  minier  afin de satisfaire équitablement les besoins relatifs au développement et à l’environnement des générations présentes et futures. Dans cet objectif, il y a le programme de gestion et de protection de l’environnement minier. Ce programme porte les projets de prévention des risques environnementaux liés aux activités du secteur minier et pétrolier et du secteur de la carrière ; le renforcement des capacités nationales en matière de suivi environnemental ainsi que le processus d’accréditation et de certification. 

Source : PAP Burundi 2018-2022

Alfred Nimbona

 

Développement> Plan d’actions prioritaires Burundi 2018-2022

Secteur des technologies de l’information et de la communication, poste et média

 Le gouvernement du Burundi a élaboré les orientations stratégiques et les perspectives de développement. Il fait savoir  que les défis qui ont été identifiés au niveau sectoriel et à travers les consultations communautaires, ont permis de dégager cinq orientations stratégiques. Il s’agit de développer les secteurs porteurs de croissance pour la transformation structurelle de l’économie, le capital humain ; l’environnement les changements climatiques et aménagement du territoire ; la gouvernance ; la sécurité et la sauvegarde de la souveraineté nationale ; ainsi que la mobilisation des ressources innovantes. 


Avec le développement de l’Internet, couplé avec un développement rapide du secteur de la téléphonie mobile, qui elle-même a rapidement évolué pour offrir plusieurs services en utilisant le même support, on est passé du concept traditionnel de Télécommunications à celui de Technologies de l’information ; qui couvre la téléphonie fixe et mobile, l’Internet, la radiodiffusion et le secteur postal. En matière des télécommunications, le gouvernement s’engage à poursuivre sa politique d’encouragement à l’intégration de l’usage des Tic dans toutes les sphères de la société. Il prévoit mettre en œuvre deux objectifs stratégiques à savoir les technologies de l’information et de la communication, les postes et les médias au service du développement ; améliorer la disponibilité et la diversification des services média à travers tout le pays. 

Le secteur des Tic constitue un catalyseur du développement intégral de l’économie 

Le Plan d’actions prioritaires dit que le secteur des Tic est le pilier d’importantes innovations pour le développement, source de compétitivité et de création d’emplois. Ce secteur a enregistré des résultats relativement positifs ces dernières années en termes d’ouverture du marché et d’accès. Cette évolution positive en soi, en termes de nouvelles techniques offertes a suscité de nouvelles questions institutionnelles et de réglementation, finalement de gestion globale du développement du secteur des Tic dans son ensemble. La culture de l’information et de la communication devient une donnée incontournable pour s’adapter aux mutations socio économique irréversible dont le résultat est la mondialisation. La promotion des Tic permettra non seulement le développement du secteur mais également la transformation de l’économie burundaise. Cet objectif sera réalisé à travers trois programmes. Le premier programme en rapport avec l’accès universel aux Tic pour accélérer la croissance économique sera mis en œuvre à travers quatre projets. Il s’agit du renforcement de la culture et la promotion de la recherche appliquée et de l’innovation et Tic; l’appui à la mise en place d’un système d’utilisation des Tic à travers différents projets d’appui institutionnel ; la modernisation et l’extension des infrastructures du réseau de la téléphonie fixe, téléphonie mobile et le Wifi public ainsi que le projet réseau 4GLTE. Le second programme concerne le développement du secteur de l’Internet large bande et des transmissions des données via les réseaux à fibre optique jusque dans les ménages. A travers ce programme, on envisage les projets de promotion de la connectivité large bande en monde rural et la mise en service des équipements d’un réseau GSM adapté ainsi que l’appui à la mise en place d’un centre national de données « Big data center ». 


Le troisième programme concerne la diversification des activités de la poste pour être une entreprise compétitive, innovante, performante et pérenne.

L’inter connectivité des services postaux, le renforcement des capacités du personnel et la modernisation des infrastructures et équipement postaux permettent la poste d’être une entreprise concurrente sur le marché. Ce programme sera mis en œuvre à travers les deux projets dont le renforcement des capacités de la Régie nationale des postes; l’extension et la modernisation des infrastructures et équipements postaux. Le second objectif stratégique vise à améliorer la disponibilité et la diversification des services médias à travers tout le pays. Le PAP indique que le professionnalisme des médias ainsi que les équipements performants et adaptés permettront la migration numérique de la radiodiffusion sonore, la production des programmes spécialisés pour rendre les médias plus compétitifs. Cet objectif sera réalisé à travers le programme de modernisation des équipements et programmes. Ce programme sera mis en œuvre à travers les projets de renforcement des capacités institutionnelles des médias ; l’autonomisation en énergie des centres de réémissions ; la modernisation de la radio-télé diffusion ; l’équipement des télés centres communautaires ; l’équipement de l’Agence burundaise de presse ; l’équipement du CIEP et le projet RCIP2 pour le Setic. 
Source : PAP 2018-2022

Alfred Nimbona

 

Présidence de la République> Don de vaches à certaines catégories de gens

«Une pratique noble qui date de nos ancêtres»

00azertyLe président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a, via son conseiller principal, coordonateur des Bureaux d’étude stratégique  et du développement, Serges Ngendakumana, offert, le vendredi 10 janvier 2020, des vaches aux différentes catégories de gens.  Il s’agissait d’une pratique noble à travers laquelle il a décidé de poser ce geste comme soutien  aux gens qui ont accompli des oeuvres extraordinaires. 

D’après M. Ngendakumana, c’est une pratique traditionnelle  qui a toujours existé depuis les temps anciens où un membre d’une communauté, par sa bonne volonté et son amour envers les voisins, les collègues ou les collaborateurs, pouvait opter d’offrir une vache,  une terre cultivable etc. « Aujourd’hui, le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, planifie  de soutenir un groupe de gens, surtout des gens qui ont accompli des oeuvres extraordinaires». Parmi les groupes de gens qui ont bénéficié de ce don, figure un groupe appelé «commandement professionnel» qui a reçu de la part du chef de l’Etat des vaches. Une autre personne qui avait, auparavant, reçu un don et qui, indépendamment de sa propre volonté, la vache reçue est malheureusement morte.  D’où le président de la République a opté pour lui donner une autre vache afin qu’il puisse tenter encore une fois sa chance. 

Le chef de l’Etat offre souvent des cadeaux aux gens

Le chef de l’Etat a également offert une vaches à quelqu’un qui lui en avait donné une avant. « C’est aussi une pratique qui existe au Burundi depuis nos ancêtres », a indiqué M. Ngendakumana. Beaucoup d’autres personnes ont bénéficié de dons de vaches de la part du chef de l’Etat. « Il s’agit du premier groupe et le chef de l’Etat va aussi continuer de poser le même geste à d’autres catégories de gens. Ce n’est pas seulement aujourd’hui, il le fait souvent». Au nom de tous ceux qui ont bénéficié de ces dons, le ministre de la défense et des anciens combattants, Emmanuel Ntahomvukiye, a vivement remercié le chef de l’Etat pour ce geste. Il lui a souhaite des bénédictions, une longue vie et des succès dans tous ces projets. Il a également salué les qualités du président de la République d’être un bon leader dans tout et surtout dans le leadership. 

Plus de six tonnes de pommes de terre ont été récoltées dans les champs du chef de l’Etat

Cette journée a été aussi marquée par la récolte de pommes de terre dans le complexe agro-pastoral du chef de l’Etat se trouvant sur la colline Rutanga de la commune Gashikanwa, en province de Ngozi. D’après Serges Ngendakumana, c’est une première tranche de récoltes des champs de pommes de terre qui ont été cultivées il y a environ deux mois et demi ou trois mois. « Nous venons de récolter plus de six tonnes, et c’est de bonnes pommes de terre qui sont appréciées par les consommateurs ». M. Ngendakumana a ainsi apprécié les efforts fournis par les équipes et les associations qui travaillent dans ces champs. « Le chef de l’Etat est très reconnaissant envers ces associations, raison pour laquelle il leur offre régulièrement des cadeaux mais aussi des gratifications pour les encourager en vue d’aller de l’avant ». 

Astère Nduwamungu

 
Ouvrir