Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Institut Français du Burundi> Exposition « Une femme, six humeurs »

Quand nos émotions racontent

 

DSC 0040A l’occasion de la Journée internationale de la femme, des portraits de femmes de plusieurs nationalités sont réunies du 7 au 15 mars 2018, pour illustrer leur diversité et leur richesse à l’Institut français du Burundi (IFB). Etant donné qu’elle est souvent mise au second rang, la femme a le droit de s’exprimer  mais aussi d’être patiemment écoutée. Ainsi, l’idée de cette exposition est de mettre en avant les femmes à travers leurs différences. 

 

Chaque artiste a fait six portraits d’une seule et même femme. Il dessine sa joie, sa tristesse, sa colère, son angoisse, son dégoût et sa surprise. Il accompagne chaque expression d’un commentaire. L’artiste explique en deux lignes ce qui met la femme dans cet état pour chacune des émotions. Il dresse ainsi un portrait dessiné complet d’une femme qui le lui a inspirée. 
Chacune de ces femmes parle librementD’après Elsa Butet, chargée de l’Action culturelle et de la communication à l’IFB, sur les 28 dessinateurs sélectionnés, 16 jeunes dessinateurs burundais ont proposé leur candidature, dix ont été retenus et cinq ont reçu un prix. « Les styles sont très différents. Il y a beaucoup de talents burundais et il faut qu’ils continuent à dessiner. C’est en dessinant qu’ils vont améliorer mais aussi trouver leur style. On constate que chacun a son style, et cela est très important dans la mesure où ils ne se copient pas.Ce qui donne de l’espoir pour la suite », a-t-elle précisé. Les autres dessinateurs proviennent du Kenya, de la RD Congo, de Centrafrique, du Rwanda, du Cameroun, de Cuba et des Pays- Bas.Dans cette exposition, chacune de ces femmes parle librement de ses émotions à travers son histoire. L’exposition de ces portraits permet à toutes ces femmes « virtuelles » de transmettre leurs identités. Elles y révèlent, sans barrière, le désir d’affirmer leurs émotions dont nous devenons spectateurs, témoins.Cette exposition s’est faite en partenariat avec deux associations des Pays-Bas, à savoir Drawing the times et Croque ton histoire.                                                        Yvette Irambona

Ouvrir