Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CNIDH> Déclaration sur la situation des droits de l’Homme

La Commission est préoccupée par la résurgence des cas de trafic des êtres humains

 

DSC 2803La Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH) a fait sortir une déclaration sur la situation des droits de l’Homme, le vendredi 9 février 2018 à Bujumbura. La CNIDH est préoccupée par la résurgence des cas de trafic des êtres humains à Makamba et en mairie de Bujumbura. 

 

Dans cette déclaration, le président de la CNIDH, Jean Baptiste Baribonekeza, a indiqué que la situation sécuritaire et des droits de l’Homme est généralement bonne dans le pays. Il s’observe une accalmie sur toute l’étendue du territoire national et la population vaque paisiblement à ses activités quotidiennes. Aucun cas alarmant n’a été relevé  depuis plusieurs mois. M.Baribonekeza a fait savoir que la CNIDH salue la gestion responsable du processus  de redéploiement des enseignants ainsi que l’engagement du gouvernement à mettre de l’ordre et renforcer la qualité dans l’enseignement supérieur dispensé dans les universités du pays.Comme l’a indiqué M.Baribonekeza, la CNIDH note avec intérêt que la campagne d’explication du projet d’amendement de la Constitution bat son plein et que les préparatifs du référendum constitutionnel prévu au mois de mai 2018 se déroulent normalement. La CNIDH demeure profondément attachée à la paix et à la stabilité du pays, au respect des droits de l’Homme ainsi que des choix  du peuple burundais. La CNIDH recommande à tous les acteurs concernés la retenue, la sérénité et le sens de la nation dans la gestion de ce processus qui relève  de l’expression de la souveraineté populaire et de saisir les instances habilitées en cas de litige.Selon M.Baribonekeza, la CNIDH se dit particulièrement préoccupée par le récent flux  de plus de sept mille réfugiés en provenance de la République démocratique du Congo. La commission salue les dispositions prises pour accueillir ces réfugiés dans le respect des normes internationales applicables. Elle demande au gouvernement et aux partenaires  de prendre toutes les dispositions nécessaires en vue de leur apporter une assistance adéquate  dans le même esprit d’humanité.Par ailleurs, M. Baribonekeza a dit que la CNIDH est préoccupée par la résurgence des cas de trafic des êtres humains à Makamba et en mairie de Bujumbura. A cela s’ajoutent les informations concernant les souffrances endurées par les victimes du trafic qui se trouveraient déjà dans certains pays du Golfe. La CNIDH réitère sa demande envers le gouvernement et les autres acteurs en vue de lutter contre ce fléau et d’adopter des mesures visant à assurer le retour des victimes.

La CNIDH demande aux parents et aux familles de rester attachés  aux valeurs traditionnelles burundaises positives

Le président de la CNIDH n’a pas manqué de déplorer le traitement cruel réservé par certains parents ou voisins aux enfants qui maraudent dans les champs car tenaillés par la faim. A cela s’ajoutent les enfants qui n’arrivent pas à satisfaire aux exigences parfois lourdes de leurs parents ou encore les enfants vivant avec un handicap. Les cas les plus graves, a dit M. Baribonekeza, sont ceux d’un parent qui  voulait enterrer vivants ses enfants à Bubanza, celui des jeunes qui ont amputé les poings des enfants surpris en train de marauder du maïs en commune Itaba dans la province de Gitega, etc. La CNIDH demande aux parents, aux familles et aux communautés de rester attachés  aux valeurs traditionnelles burundaises positives, surtout celles d’entraide et de solidarité, sans oublier nos responsabilités partagées envers les enfants. La CNIDH a enfin appelé l’Etat et les communautés à adopter des mesures plus protectrices des familles et des enfants en situation de pauvreté extrême. 
Martin Karabagega

Ouvrir