Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

AMBASSADE DE CHINE> Célébration du Nouvel an chinois

Une année placée sous le signe du chien

 

DSC03082Le nouvel an chinois (nongli xinnian) aussi appelée la fête du printemps (chunjie) est le festival le plus important pour le peuple chinois éparpillé à travers le monde. Bien qu’elle soit loin de chez elle, la communauté  chinoise vivant au Burundi a fêté cette année ensemble. C’était le jeudi 8 février 2018 à l’ambassade de la République populaire de Chine à Bujumbura. Des cérémonies qui ont vu la présence des autorités burundaises dont le ministre des Relations extérieures et de la coopération internationale, Alain Aimé Nyamitwe. 

 

 

La culture des signes astrologiques est très présente en Chine. Ils se répartissent en 12 animaux, qui représentent chacun une année lunaire. Mais à ces douze animaux s'attache par ailleurs une symbolique particulière.  En fait, la figure du chien est culturellement riche en Chine, comme dans d'autres sociétés du monde, car le chien est l'animal que l'Homme domestique le plus tôt. Il est l'ami et le fidèle assistant de l'Homme. Dans les légendes chinoises, on rencontre souvent sa figure dans de nombreux récits mythologiques. Par exemple, selon une parabole peu connue, le chien aurait aidé l'Homme à s'emparer des semences de riz dans le palais céleste. La figure du chien occupe une place importante dans la culture chinoise depuis très longtemps, sans doute depuis que les relations entre l'Homme et le chien sont devenues très intimes. En plus, l'ethnie Han, qui est à l'origine de la majorité des Chinois d'aujourd'hui, était à l'origine une population de chasseurs. Une population qui s'est progressivement convertie à la civilisation agricole. Au cours de cette évolution, l'Homme et le chien vivaient en interdépendance. C’est pourquoi ils ont développé, petit à petit, un sentiment profond de réciprocité. Dans leurs discours, le ministre Nyamitwe et l’ambassadeur de la Republique populaire de Chine au Burundi, Li Changlin s’accordent sur le fait que les relations entre les deux pays sont plus que des relations d’amitié. M. Li dit que 2018 concordent avec le 55e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Les dons de céréales à l’endroit des vulnérables, l’aménagement des champs d’agriculture, le développement rapide de l’institut Confucius et la mise en service des feux tricolores à Bujumbura, tels sont entre autres des projets réalisés par la Chine au Burundi. Les deux interlocuteurs s’accordent sur le fait que le développement de leurs relations est un bénéfice pour tous.

Blandine Niyongere

Ouvrir