Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMUNE MABAYI > Campagne référendaire 2018

Réviser la Constitution, c’est le droit des Burundais

 

DSC 1056Le secrétariat général du parti CNDD-FDD a envoyé une délégation conduite par Joseph Butore, membre du parti et Deuxième vice-président de la République en commune Mabayi dans la province de Cibitoke pour sensibiliser la population sur la nouvelle Constitution le lundi 7 mai 2018.  

 

Les activités de la campagne référendaire 2018 du parti CNDD-FDD ont débuté par un défilé des membres dudit parti dont les parlementaires, les fonctionnaires natifs de la province de Cibitoke et les motards qui s’étaient joints à la population locale. Le corps défilant scandait des slogans invitant les habitants de la localité à voter Oui pour la nouvelle Constitution. C’est le même message qui était véhiculé dans les chants qui accompagnaient le tambour et d’autres danses exécutées au terrain de jeux de Mabayi.

De l’importance de la Constitution

Les quatre membres de la délégation du secrétariat général du parti CNDD-FDD en commune Mabayi ont tour à tour sensibilisé la population sur la nouvelle Constitution. «Est-ce que le peuple burundais a le droit de réviser sa Constitution ?», a interrogé Joseph Butore qui a expliqué l’importance de la Constitution pour la population. Et cette dernière a répondu en chœur « C’est notre droit». M. Butore a mentionné que même celui qui n’a pas de religion croit au moins qu’il y a un Dieu créateur et que tel que nous avons été créés, chacun pourrait faire ce qui lui plaît, ce qui générerait du désordre. Ainsi, chaque personne ou chaque groupe de personnes doit faire des compromis pour vivre en harmonie, et c’est de cette façon que sont nées les conventions dont la Constitution, a expliqué Joseph Butore. Il a souligné qu’une loi peut être désuète et que le parti au pouvoir est d’accord que la Constitution en vigueur soit adaptée, car le peuple burundais a constaté ses lacunes.

Le parti CNDD-FDD salue la prise en compte des doléances de la population

Gabriel Ntisezerana, un autre membre de la délégation, a parlé des principales modifications contenues dans la nouvelle Constitution. Il a fait savoir qu’étant donné que le mandat présidentiel est passé de 5 à 7 ans, la première année sera consacrée à la planification, les cinq années suivantes à la mise en œuvre des programmes élaborés, et la dernière année à l’évaluation. Les autres modifications qu’il a relevées se rapportent, notamment, à l’organisation des institutions, à l’indépendance de la magistrature, à l’intégration du Burundi dans les Communautés de la sous-région ou internationales, etc. Il a précisé que le parti CNDD-FDD salue le fait que le gouvernement du Burundi a pris en compte les doléances de la population en rapport avec la révision de la Constitution. Nancy Ninette Mutoni, commissaire chargée de la communication au parti CNDD-FDD a révélé quinze raisons de voter pour la nouvelle Constitution. Il s’agit, notamment, de l’indépendance effective du Burundi, de l’indépendance socio-économique du peuple burundais, du renforcement de la démocratie au Burundi, etc. Quant au coordonnateur des ligues affiliées au parti CNDD-FDD, Sylvestre Ndayizeye, il a enseigné à la population comment voter lors du prochain référendum constitutionnel.Les activités ont été clôturées sur les conseils prodigués par Joseph Butore, considéré comme un sage de la province. Il a indiqué que le pays est dans une période décisive et leur a conseillé de ne pas épouser aveuglèment les idées de n’importe quel visiteur de la province. Il leur a demandé de garder à l’esprit ce que le parti CNDD-FDD a déjà réalisé pour le pays.                    

GRACE-DIVINE GAHIMBARE

Ouvrir