Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

EDITORIAL> Campagne électorale : Dans l’ordre, la discipline et la sérénité

Sur le plan politique, l’événement tant attendu par le peuple burundais se produira le 17 mai prochain. C’est dans moins de dix jours que les Burundais en âge de voter et remplissant toutes les conditions requises  par la loi se rendront aux urnes pour se prononcer, par voie référendaire, sur le projet constitutionnel ne portant  atteinte ni à l’unité nationale, ni à la cohésion du peuple burundais, ni à la  laïcité de l’Etat, ni à la réconciliation, ni à la démocratie, ni à l’Accord d’Arusha, ni à l’intégrité du territoire de la République du Burundi. C’est en toute liberté, en toute sérénité, en toute démocratie, en toute souveraineté que le peuple burundais portera son choix sur ce qui il considère comme engageant l’avenir de son pays, en décidant par son libre et volontaire vote, la gouvernance qui lui convient. Le  17 mai prochain, le peuple burundais affirmera sa capacité à préparer lui-même et lui seul son avenir dans  un système démocratique dont il demeurera l’unique et principal garant. Le 17 mai prochain est donc un moment fort et important qui décidera des justes voies à suivre pour l’édification d’une société burundaise de plus en plus réconciliée avec elle-même, aspirant  légitimement  à un renouveau qualitatif de son bien-être, renouveau qualitatif dans la vision des choses, mais également  affirmation accrue de sa capacité à s’attaquer de front aux divers maux sociaux pouvant surgir d’ici ou de là, de nature à nous faire  prendre des retards dommageables pour le développement de notre pays, tel  que voulu par le peuple burundais. Le 17 mai prochain est donc une date vers laquelle tous les regards se tournent à l’heure qu’il est, n’en déplaise à ceux qui disent du mal du prochain référendum  constitutionnel,  qui n’est que l’émanation de la volonté populaire exprimée lors du dialogue intérieur inter-burundais.Sur le plan politique, l’événement tant attendu par le peuple burundais se produira le 17 mai prochain. C’est dans moins de dix jours que les Burundais en âge de voter et remplissant toutes les conditions requises  par la loi se rendront aux urnes pour se prononcer, par voie référendaire, sur le projet constitutionnel ne portant  atteinte ni à l’unité nationale, ni à la cohésion du peuple burundais, ni à la  laïcité de l’Etat, ni à la réconciliation, ni à la démocratie, ni à l’Accord d’Arusha, ni à l’intégrité du territoire de la République du Burundi. C’est en toute liberté, en toute sérénité, en toute démocratie, en toute souveraineté que le peuple burundais portera son choix sur ce qui il considère comme engageant l’avenir de son pays, en décidant par son libre et volontaire vote, la gouvernance qui lui convient. Le  17 mai prochain, le peuple burundais affirmera sa capacité à préparer lui-même et lui seul son avenir dans  un système démocratique dont il demeurera l’unique et principal garant. Le 17 mai prochain est donc un moment fort et important qui décidera des justes voies à suivre pour l’édification d’une société burundaise de plus en plus réconciliée avec elle-même, aspirant  légitimement  à un renouveau qualitatif de son bien-être, renouveau qualitatif dans la vision des choses, mais également  affirmation accrue de sa capacité à s’attaquer de front aux divers maux sociaux pouvant surgir d’ici ou de là, de nature à nous faire  prendre des retards dommageables pour le développement de notre pays, tel  que voulu par le peuple burundais. Le 17 mai prochain est donc une date vers laquelle tous les regards se tournent à l’heure qu’il est, n’en déplaise à ceux qui disent du mal du prochain référendum  constitutionnel,  qui n’est que l’émanation de la volonté populaire exprimée lors du dialogue intérieur inter-burundais.En attendant cette date d’importance historique, les partis politiques, les associations des partis politiques et autres indépendants reconnus par la loi burundaise s’emploient  activement, depuis le 1er  mai dernier, à convaincre leurs militants, dans  le contexte d’une campagne électorale qui se déroule sur toute l’étendue de la République du Burundi, dans  l’ordre, la discipline et la sérénité. Les  responsables des partis politiques à tous  les niveaux traversent, quotidiennement  et inlassablement le territoire national dans  tous les sens, pour appeler les militants à s’acquitter  patriotiquement de leur devoir citoyen, en faisant notamment un vote utile.  C’est à partir de la commune Bugendana, en  province de Gitega, où il a officiellement lancé la campagne  d’explication  du projet constitutionnel,  que le président de la République  Pierre Nkurunziza,  président du Conseil  des  sages du parti  CNDD-FDD et Grand visionnaire du même parti,  a,  devant une  foule immense des Bagumyabanga, appelé à voter  Oui, pour faire échec aux détracteurs du peuple burundais. Il  est important de souligner que c’est en qualité de premier et grand militant  du parti CNDD-FDD qu’il a  présidé  ce meeting électoral à l’occasion duquel il a expliqué tout le sens, toute l’utilité, tout l’intérêt et toute l’imporance à donner au prochain référendum constitutionnel. Voter Oui est un appel  également  lancé par le secrétaire général du parti CNDD-FDD Evariste Ndayishimiye et par d’autres responsables  du même parti aux nombreux  Bagumyabanga qui, ayant  déjà compris tout l’intérêt national  à  attacher au prochain référendum constitutionnel, se lèveront tôt en ce 17 mai 2018 pour aller dire massivement Oui.Terminons cet éditorial en indiquant que la libre communication  des pensées et des opinions, un des droits les plus précieux de l’Homme, est observée au cours de cette campagne électorale. C’est dire que la démocratie est en marche.

Louis KAMWENUBUSA

Ouvrir