Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Province de Rumonge> Campagne électorale du référendum au sein du parti CNDD-FDD

La nouvelle Constitution appartient à tout le monde sans exception

 

DSC 1772Le secrétaire général du parti CNDD-FDD au niveau national, Evariste Ndayishimiye, a poursuivi le samedi  5 mai 2018 la campagne électorale du référendum en zone Minago, commune Rumonge de la province de Rumonge. Il a invité tous les « Bagumyabanga » à voter Oui à la nouvelle Constitution.  

 

Dans son mot d’accueil, Diomède Niyonsaba, secrétaire provincial du parti CNDD-FDD, a souhaité la  bienvenue aux « Bagumyabanga » dans cette province. Les « Bagumyabanga » de la province de Rumonge sont heureux de voir le secrétaire général du parti dans la province de Rumonge. Les « Bagumyabanga » de la province sont sur terrain en train d’exécuter les travaux de développement communautaires. Ils sont aussi en train de sensibiliser les gens afin qu’ils votent Oui à la nouvelle Constitution. M. Niyonsaba a enfin indiqué qu’il a confiance en toute la population de Rumonge qu’elle va voter à 100%  pour la nouvelle Constitution.

Depuis longtemps, le Burundi était un pays organisé

Pour Evariste Ndayishimiye, chaque pays a le droit de modifier la Constitution chaque fois que de besoin. La Constitution n’est pas une simple loi, c’est une loi dont les autres lois se conforment. Le Burundi est un pays qui doit avoir des lois actualisées. Depuis longtemps, le Burundi était un pays bien organisé. Ce sont les colonisateurs qui sont venus déstabiliser, diviser les Burundais. Ce sont eux qui ont collaboré avec les politiciens burundais qui ne voulaient pas l’indépendance pour tuer le prince Louis Rwagasore. Ils ont continué à tuer les leaders burundais ainsi que les élus du peuple. Ils voulaient que le Burundi soit dirigé par ceux qui ne sont pas élus par le peuple lui-même.M. Ndayishimiye a fait savoir qu’aujourd’hui, les Burundais ne veulent plus être dirigés par les dirigeants qui ne sont pas élus par peuple. L’ Accord d’Arusha a permis le pays à arrêter  la guerre. On a pu reconstruire le pays,  mettre en place les agents de sécurité qui protègent toutes les couches de la société. La nouvelle Constitution est une nouvelle voie de lutte contre les dirigeants qui ne sont pas élus par le peuple car ces derniers collaborent avec les colonisateurs. Avec la nouvelle Constitution, le pays va préparer l’avenir  du Burundi. L’Accord d’Arusha, c’est pour les étrangers, si réellement ils sont pour les Burundais, on a le droit de le modifier. 

Pourquoi réviser la Constitution ?

M. Ndayishimiye a fait savoir qu’après avoir révisé la Constitution, il n’y aura plus de désordre dans le pays. Le président de la République aura le droit de choisir les dirigeants qui sont capables de réaliser des projets de développement pour la population. L’administrateur communal aura le droit de prendre des décisions, les membres du conseil communal viendront pour superviser que les projets de développement communal ont été réalisés. Après avoir voter la nouvelle Constitution, les dirigeants vont prêter serment avec la Bible dans les mains. Avec la nouvelle Constitution, tous les Burundais vont se sentir à l’aise car le vice-président proviendra du parti politique et de l’ethnie différents de ceux  du président de la République. Toutes les couches de la société seront représentées. Cette nouvelle Constitution appartient à tout le monde sans exception. Raison pour laquelle tous les Burundais sont appelés à voter Oui  cette constitution.

Lucie Ngoyagoye 

Ouvrir