Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ENTRETIEN> Le chef de quartier Muyange II s’exprime sur la stratégie mise en place pour évacuer les eaux dans les parcelles inondées

Creuser de nouveaux caniveaux menant vers ceux du domaine militaire

 

DSC 1002Les travaux de creuser de nouveaux caniveaux en plus de ceux existants qui nécessitent le curage sont en cours dans le quartier Muyange II situé dans la zone Gatumba, en commune Mutimbuzi. Les eaux qui inondent les parcelles pourraient ruisseler vers les caniveaux solidement creusés dans le domaine militaire. Il faut à cet effet que la population soit assidue aux travaux communautaires.     

 

Le quotidien « Le Renouveau» s’est entretenu, le lundi 16 avril 2018, avec le chef de quartier de Muyange II, Ambroise Ndikumana, au sujet de la manière dont il faut s’y prendre pour évacuer les eaux dans les parcelles inondées. A en croire les propos de ce chef de quartier, la solution d’évacuer les eaux pluviales dans les parcelles inondées de son ressort passe impérativement par les travaux communautaires. Ce qui pourra permettre de faire couler ces eaux vers les caniveaux solidement tracés à la hauteur du domaine militaire viabilisé. Il a fait remarquer que pour évacuer ces eaux, il faudra creuser des caniveaux jusque dans le domaine militaire à travers les travaux communautaires. Et d’ajouter que l’Administration va associer un homme d’affaire burundais, Pahorina Kiranzira, en vue d’aider la population à trouver un expert  dans l’objectif de faire couler facilement ces eaux. Et d’ajouter qu’il existe une personne domiciliée dans Muyange I qui verse ces eaux pluvieuses vers Muyange II en utilisant sa pompe. Mais le chef de la zone Gatumba le lui a déjà interdit pour ne pas empirer la situation liée aux inondations dans le quartier Muyange II. Le chef de quartier de Muyange II a évoqué le problème lié à la pluie qui ne cesse de tomber. Et si la pluie continue, il n’y aura pas moyen de poursuivre les travaux de creuser des caniveaux, et encore moins de curer les anciens caniveaux qui étaient déjà bouchés. Le délai d’exécution de tels travaux est de deux mois, mais encore faut-il que la population se mobilise suffisamment. Sinon, le délai de deux mois pourrait dépasser. Il a précisé qu’il y a une liste de victimes de ces inondations qui a été dressée et remise à la Croix Rouge pour une éventuelle intervention. Mais celle-ci n’a pas encore réagi. Selon Ambroise Ndikumana, il revient au chef de la zone Gatumba d’informer le ministère ayant la solidarité dans ses attributions pour demander sa contribution. 

Masta Shabani

Ouvrir