Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Chine/Afrique>La coopération des médias

La présence des journalistes chinois sur le sol africain s’avère importante

 

IMG 4223Il est fréquent de voir des nouvelles provenant d’Afrique dans les médias chinois. Mais on peut constater une carence de journalistes chinois sur terrain en Afrique. Toutefois, des programmes permettant à des journalistes africains de fouler le sol chinois sont nombreux. La question est de savoir s’il est possible que cette coopération soit faite d’une manière réciproque afin d’obtenir des informations sûres et équilibrées.  

 

Au passage dans le Quotidien People’s Daily, nous avons constaté que ce dernier permet même que des journalistes africains fassent des séances de stage au sein de leur maison. C’était durant un programme CAPC (China Africa Press Center) organisé par le gouvernement chinois. Dans ce programme, des journalistes de différents pays africains ont l’occasion d’entrer en contact avec des responsables dans le domaine des médias et ainsi connaître la Chine. Toutefois, certains  journalistes africains envoyés sur terrain connaissent mieux le métier et il y a lieu d’échanger l’expérience avec les journalistes chinois. Ainsi, il y a une sorte d’interaction qui permet à ces deux organes parties de donner chacune la manière dont le travail se fait chez elle. Cela devient une sorte d’apprentissage du pays de l’autre et permet d’avoir une source sûre venant tout droit de l’Afrique. Cela évite ainsi que des informations diffusées par des journalistes africains se trouvant à l’étranger soient considérées comme les seules vérités. Il faut aussi encourager la coopération entre les médias chinois et les médias africains. Une étape qui arrive à un niveau satisfaisant aujourd’hui en Afrique.C’est dans ce cadre que les journalistes africains recommandent souvent que les journalistes chinois effectuent eux aussi des descentes sur terrain dans différents pays africains. Avoir des correspondants, oui, mais le moyen le plus sûr est de voir par soi-même ce que l’autre ne peut pas voir pour toi. Dans certains de nos pays où des  crises politiques éclatent, certains journalistes ne restent pas neutres. Certains se rangent d’un côté ou de l’autre. Ce qui occasionne parfois la diffusion d’une information non équilibrée. En Chine, les médias en ligner sont très développés. Il est facile pour un Chinois de prendre son téléphone et lire les informations sur internet avant de prendre le chemin pour chercher des informations complémentaires dans les journaux imprimés. A l’aide des correspondants africains sur terrain ou non en Afrique, les journalistes chinois n’ont pas besoin d’effectuer des descentes sur terrain. 

L’Afrique, inconnue pour certains journalistes chinois  

Mais, cela fait que certaines personnes interrogées disent qu’ils ne peuvent même pas localiser certains pays africains. Certains pensent même que l’Afrique est un pays. Ce qui fait qu’ils sont contraints à se fier à ce qui est publié en ligne pour pouvoir avoir de l’information sur tel ou tel autre pays africain.De la même manière que les médias occidentaux s’attaquent à la Chine, de la même manière les pays africains sont attaqués par ces mêmes médias. C’est pour cela qu’une coopération rapprochée s’avère nécessaire entre la Chine et l’Afrique dans le domaine des médias. Les journalistes chinois devraient s’imprégner dans la peau des journalistes africains, sur le terrain africain,  afin de se procurer des informations sûres et vérifiées. 
Blandine Niyongere

Ouvrir