Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Violences sexuelles et celles basées sur le genre>Le rôle des centres intégrés

Prise en charge des victimes

 

Pour lutter contre les violences sexuelles et celles basées sur le genre (VSBG), le ministère des Droits de la personne humaine des affaires sociales et du genre avec l’appui de la Banque mondiale a créé des centres de prise en charge appelés Centres intégrés. Ces centres se trouvent dans quatre   provinces du pays en plus du centre Seruka à Bujumbura. 

 

Les Centres intégrés sont venus à point nommé. Les victimes des violences sexuelles et celles basées sur le genre avaient et ont toujours besoin de ces centres puisqu’elles sont loin d’être éradiqués. En plus de l’ancien centre de Gitega créé en 2012, ont été créés  en 2017 d’autres centres avec l’appui de la Banque mondiale. Ces centres se trouvent dans  les districts sanitaires  des provinces de Muyinga, Cibitoke et Makamba. Ces centres ont été créés dans un projet appelé Projet d’urgence relative aux VSBG dans la région des grands Lacs (Burundi, Rwanda et RDC).Selon Donatienne Girukwishaka, directrice générale au ministère des Droits de la personne humaine des affaires sociales et du genre, ces centres sont tous fonctionnels et les victimes y trouvent tout ce dont elles ont besoin.  C’est-à-dire que tout ce dont une victime a besoin est disponible à ce centre.  Une victime des VSBG a besoin d’aide médicale, psychologique et juridique. Dans ce centre, les victimes sont reçues et soignées gratuitement. Les besoins des victimes des VSBG sont énormes. C’est pourquoi dans ces centres, il est prévu une aide  d’insertion en famille pour les victimes. Parfois, elles subissent des stigmatisations de l’entourage. Pour cela, le centre se charge de sensibiliser la communauté de la victime pour son insertion, ajoute Mme Girukwishaka. Aussi, elle ajoute que des activités de relèvement communautaire sont organisées  au sein de la communauté de la victime pour son indépendance économique et son autonomie.  Pour des victimes plus vulnérables, il est prévu un kit d’insertion pour l’aider à son autonomisation et lutter contre les stigmatisations. Les Centres intégrés se chargent aussi de ramener la victime au centre au moment opportun. C’est-à-dire que les victimes doivent arriver à temps au centre pour prévenir  les maladies sexuellement transmissibles ainsi que les grossesses non désirées. 
Aline Nshimirimana

Ouvrir