Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial> Progressivement, librement et volontairement, les réfugiés burundais continuent de rentrer

Qu’ils soient les bienvenus dans leur mère patrie ! Ils ? Ce sont les 166 réfugiés burundais venus vendredi dernier, de la Tanzanie pour regagner la commune Cendajuru, dans la province de Cankuzo, à l’Est du Burundi s’ajoutant ainsi à de nombreux autres réfugiés burundais qui ont choisi librement et volontairement de rentrer dans leur pays natal où la paix et la sécurité sont une réalité tangible. Le retour des réfugiés en question vient confirmer les propos du président de la République Pierre Nkurunziza qui, dans son message à la nation à l’occasion du Nouvel An 2018  a clairement indiqué que plus de 215 000 réfugiés burundais ont déjà regagné leur bercail et qu’environ 40 000 autres se sont fait inscrire pour rentrer librement et volontairement au Burundi où règnent la paix et la sécurité, où les travailleurs vaquent sereinement et régulièrement à leurs activités quotidiennes, et où des touristes venant de tous les coins du monde arrivent en nombre important pour admirer tout ce qui fait le charme de notre pays.Qu’ils soient les bienvenus dans leur mère patrie ! Ils ? Ce sont les 166 réfugiés burundais venus vendredi dernier, de la Tanzanie pour regagner la commune Cendajuru, dans la province de Cankuzo, à l’Est du Burundi s’ajoutant ainsi à de nombreux autres réfugiés burundais qui ont choisi librement et volontairement de rentrer dans leur pays natal où la paix et la sécurité sont une réalité tangible. Le retour des réfugiés en question vient confirmer les propos du président de la République Pierre Nkurunziza qui, dans son message à la nation à l’occasion du Nouvel An 2018  a clairement indiqué que plus de 215 000 réfugiés burundais ont déjà regagné leur bercail et qu’environ 40 000 autres se sont fait inscrire pour rentrer librement et volontairement au Burundi où règnent la paix et la sécurité, où les travailleurs vaquent sereinement et régulièrement à leurs activités quotidiennes, et où des touristes venant de tous les coins du monde arrivent en nombre important pour admirer tout ce qui fait le charme de notre pays.Nous ne pouvons donc que nous réjouir du retour progressif, libre et volontaire, de nos concitoyens en attendant l’arrivée d’autres, encore prisonniers des rumeurs les plus insensées sur le Burundi, propagées par les professionnels du mensonge, de la manipulation, de la désinformation et de la déstabilisation dont le dernier en date est le Haut commissaire de l’Organisation des Nations unies pour les droit de l’Homme, Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein qui, dernièrement, a déclaré sans scrupule devant le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu qu’il existe des abattoirs des êtres humains au Burundi. Les propos aussi mensongers qu’abjects du haut commissaire de l’Onu pour les droits de l’Homme ont été rapidement et vigoureusement rejetés par les services à la présidence de la République en charge de la communication, réaffirmant ainsi la détermination du gouvernement et du peuple burundais à combattre les ennemis de la paix et de la sécurité au Burundi, qui qu’ils soient et d’où qu’ils viennent. Au malheureux haut commissaire de l’Onu pour les droits de l’Homme et à tous ceux qui le soutiennent dans cette sale campagne déstabilisatrice, nous rappelons cet adage : « Quand votre ennemi parle du bien de vous, c’est que vous êtes dans la mauvaise voie. Quand il parle du mal de vous, c’est que vous êtes dans la bonne voie ».Cela dit, il sied de dire et de redire que le Burundi est un pays peuplé d’hommes et de femmes qui apportent leur précieuse contribution au renforcement de la paix et de la sécurité pour un développement intégral national, en étroite coopération avec les institutions démocratiquement élues et du gouvernement qui en émane. C’est, uniquement, la raison pour laquelle les réfugiés burundais continuent de regagner progressivement, librement et volontairement leur pays natal au grand dam de ceux qui, essentiellement à partir du sol européen, tiennent mordicus à déstabiliser la société en utilisant toutes les manœuvres diaboliques de bas étage. En optant pour le retour au bercail, les réfugiés burundais ont déjà compris qu’ils ont été victimes de ceux qui ont choisi le mensonge, la manipulation et la désinformation de l’opinion comme ligne de conduite.A tous les réfugiés burundais qui regagnent leur mère patrie, nous disons que le combat contre les champions du mensonge, de la falsification et de la haine est également le leur. Comment peut-il en être autrement alors qu’ils ont été les principales victimes des contre-vérités sur le Burundi ?
Louis Kamwenubusa

Ouvrir