Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PARLEMENENT BURUNDAIS> Douzième édition de « Burundi national prayer breakfast »

Sous le thème : Soyons le changement que nous désirons voir

 

DSC 0066Le mardi 14 novembre 2017, le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a rehaussé de sa présence les cérémonies de la 12e édition de la Journée nationale de prière organisée par les deux chambres du parlement burundais. Les participants ont été appelés à s’aimer d’un vrai amour et cohabiter pacifiquement avec les autres. 

 

Dans son mot d’accueil, le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda a d’abord vivement remercié le chef de l’Etat qui, depuis 2006, malgré son agenda  très chargé, a toujours accepté d’être le parrain, le promoteur et l’animateur principal de la prière. Il a ajouté en effet que cette prière rassemble tous les Burundais : « Cette prière rassemble les Burundais  dans leur diversité: les leaders du pays et les représentants du peuple burundais à tous les niveaux, les représentants des partis politiques, des confessions religieuses et de la société civile ainsi que les représentants des pays et organisations internationales, amis du Burundi ».  C’est au nom du Burundi, a-t-il ajouté, que le parlement a organisé la prière. A travers leurs leaders et leurs représentants, tous les citoyens du Burundi sont réunis dans leur unité et leur fraternité pour adorer le Dieu Tout Puissant.« Le thème choisi « Soyons le changement que nous désirons voir » nous invite à bannir de nos pensées la suspicion et la haine, à nous aimer et à nous accorder plus de liberté, à nous faire confiance mutuellement, à croire réellement au changement et à l’encourager chez soi et chez les autres » a rappelé Nyabenda. Il n’a pas manqué de dire que les enseignements bibliques nous interpellent à changer notre façon de vivre avec les autres, à renoncer à tous les péchés, à travailler et partager le fruit de notre labour avec ceux qui sont dans le besoin. « Nous dévons méditer et prier pour avoir la force et la détermination à nous engager dans un changement de société qui mène vers un monde plus juste », a-t-il souligné.

On s’est rencontrés afin d’intercéder pour le Burundi

Dans son enseignement, le chef de l’Etat, se référant aux  Saintes écritures se trouvant dans Mathieu 18 verset 20, a rappelé que là où deux ou trois se rassemblent au nom de Jésus, celui-ci est au milieu d’eux.  Et de dire qu’on s’est rencontrés afin d’intercéder pour le Burundi, présenter à Dieu les jougs sous lesquels ploient beaucoup de Burundais, petits et grands, et se rappeler mutuellement de l’alliance et l’objectif de laisser Dieu prendre les devants dans tout ce que nous faisons. Pour lui, se convertir et changer le monde est l’appel du Seigneur. C’est pourquoi il demande à tout Burundais d’être le premier à chercher le changement qu’il veut et de le demander à Dieu. D’abord la sagesse, dit-il. « Un bonne conversion commence par le cœur (âme). Faisons-en la lanterne, l’habitude et la culture.  Il y a beaucoup de choses que nous devons changer au Burundi. Mais, quiconque veut la puissance de changer tout qu’il le fasse au nom de Dieu, dans la lumière divine », a exhorté le Président Nkurunziza.Il a conclu en affirmant aux Burundais que ce mois est le bon moment de voir et de recevoir le réconfort de Dieu. « Celui que Dieu réconforte demeure inébranlable »Les participants ont eu aussi l’occasion d’écouter le message contenu dans une lettre que deux sénateurs des Etats-Unis d’Amérique, Jim Inhofe et Mike Enzy, ont envoyé au président de la République dans laquelle ils disent : « Bien que nous ayons des partis politiques, des points de vue différents, et que nous ne soyons pas d’accord sur de nombreuses questions, nous nous efforçons chaque jour de ne pas permettre à ces choses de nous empêcher à nous aimer les uns les autres. En tant que leaders, vous avez une merveilleuse opportunité d’être conduits par Dieu  et  de  servir votre peuple ».

Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir