Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MARCHE DE MUSENYI> Entretien avec des commerçants d’huile de palme

Sur les avantages qu’ils en tirent

 

IMG 016La rédaction du quotidien Le Renouveau s’est entretenue le dimanche 29 octobre 2017, avec des commerçants d’huile de palme au marché de Musenyi  sur les avantages qu’ils tirent de leur métier. Mais le manque d’hygiène s’observe chez certains commerçants. 

 

Des commerçants d’huile de palme du marché de Musenyi, affirment que ce métier leur procure beaucoup d’avantages. Ils  disent que durant les trois mois de fin d’année, ce produit est en abondance grâce à la saison pluvieuse qui favorise la maturité des fruits. Ces commerçants  font savoir qu’en ce moment ils s’approvisionnent à bons prix et  vendent, eux aussi à des prix favorables. Cela n’empêche pas qu’ils y trouvent un profit car ils ont beaucoup de clients. L’huile de Musenyi est de bonne qualité. Ils révèlent en plus que ces clients proviennent de différentes provinces surtout de Bujumbura et de Kayanza. Aux clients de ces provinces s’ajoutent la plupart des commerçants des marchés périphériques de  Musenyi. Puisque le marché se tient tous les jours, même les samedis et les dimanches, ils trouvent des clients qui viennent se détendre au bistrot de Musenyi. Quelques fois, les clients viennent nombreux et certains commerçants vident leurs stocks rapidement.Pour en savoir plus sur ce qui est en rapport avec les prix, ces commerçants disent qu’une bouteille d’huile de palme coûte mille francs (1 000 FBu). Un petit bidon de cinq litres coûte sept mille francs (7 000 FBu) et un bidon de vingt litres coûte trente-trois mille francs (33 000 FBu).Ces commerçants déclarent aussi que même s’ils paient les taxes et les magasins de stockage,  le gain ne manque pas.  Ce gain obtenu les aident beaucoup, surtout les veuves qui n’ont pas d’autres moyens pour vivre. Ces dernières prennent en charge leurs familles sans aucun problème et sans tendre la main aux personnes qui ne peuvent pas les assister. 

Chez certains commerçants, le manque d’hygiène s’observe

Des irrégularités ne manquent pas. Le manque d’hygiène s’observe chez certains commerçants. Il y a des commerçants qui n’ont pas de serviettes pour enlever les taches d’huile qui se versent sur les bidons de leurs clients. Pour les enlever, certaines femmes utilisent les pagnes qu’elles portent.  Les bouteilles et les gobelets utilisés restent dans un bassin ou dans un seau non couvert contenant de l’huile. Et si un commerçant termine de servir l’huile à un client, il prend ses mains et les essuie avec les habits qu’il porte. 
Evelyne Habonimana

Ouvrir