Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial> Rwagasore était un prince hors du commun

Il y a 56 ans,  le prince Louis Rwagasore tombait sous les balles d’un  assassin d’origine grecque nommé Kajorjis, dans  le contexte d’un complot  ourdi par l’ancienne puissance coloniale. Il venait de remporter, haut la main, la victoire à l’issue des élections législatives du 18 septembre 1961, les premières organisées au Burundi. L’Uprona, parti qu’il fonda en 1958, venait de remporter la majorité des sièges au parlement au  dépens d’autres partis soutenus politiquement et financièrement par  l’ancienne administration coloniale qui, ne s’avouant pas vaincue, organisa son assassinat. Ce  n’est ni l’ancien gouverneur résident Jean Paul  Harroy, ni l’ancien président fondateur du parti du peuple Albert Mauss, qui  nous  contredirait  du fond de leurs  tombes.Il y a 56 ans,  le prince Louis Rwagasore tombait sous les balles d’un  assassin d’origine grecque nommé Kajorjis, dans  le contexte d’un complot  ourdi par l’ancienne puissance coloniale. Il venait de remporter, haut la main, la victoire à l’issue des élections législatives du 18 septembre 1961, les premières organisées au Burundi. L’Uprona, parti qu’il fonda en 1958, venait de remporter la majorité des sièges au parlement au  dépens d’autres partis soutenus politiquement et financièrement par  l’ancienne administration coloniale qui, ne s’avouant pas vaincue, organisa son assassinat. Ce  n’est ni l’ancien gouverneur résident Jean Paul  Harroy, ni l’ancien président fondateur du parti du peuple Albert Mauss, qui  nous  contredirait  du fond de leurs  tombes.Plus d’un demi-siècle après son lâche assassinat, que dire  encore sur le prince Louis Rwagasore qui  n’ait  jamais été dit ? Même  quand tout  a été dit, il reste toujours à dire. Il restera toujours, en  effet à dire sur ce héros de l’indépendance dont le prestige  et la popularité  commencèrent à gagner tout le pays au cours de l’année 1960, année qui marqua véritablement  son combat politique libérateur. C’est en écoutant nos aînés que nous avons appris que c’est en ce moment-là qu’il engagea  son parti à refuser de participer aux gouvernement  et assemblée fantoches mis en place par le régime colonial qui ne trouva rien d’autre que de l’arrêter et de le mettre en résidence surveillée à Bururi le 27 octobre 1960. Il en  sortira le 9 décembre de la même année encore plus déterminé à poursuivre le combat engagé pour libérer le Burundi du joug colonial. L’année 1961 verra une montée vertigineuse de son influence au sein des masses populaires qui avaient en fait compris qu’il incarnait réellement les intérêts vitaux de la nation burundaise. Le 18 septembre 1961, il remporta la victoire en infligeant  au pouvoir colonial sa plus grande défaite au Burundi et dégageant ainsi la voie qui conduisit  notre pays à l’indépendance.Après  sa victoire, le souci majeur du prince Louis Rwagasore  fut de rassembler et d’unir tous les fils et les filles de la nation burundaise. C’est ainsi qu’il déclara : « La victoire électorale d’aujourd’hui n’est pas celle d’un parti, mais le triomphe de l’ordre, de la discipline, de la paix, de la tranquillité  publique ». Ou encore : «  Les militants  actifs doivent agrandir le cercle de nos amis, tendre loyalement et cordialement   la main aux adversaires d’hier et non étaler de l’orgueil et de l’insolence ». Au  pouvoir colonial, il s’adresse en ces termes : « Nous vous demandons  de nous aider à  entreprendre l’avenir avec confiance, de continuer à nous aider  avec générosité,  à  nous guider dans le respect de notre dignité et de notre conception  de l’intérêt national ».Aussitôt après sa victoire,  le prince Louis Rwagasore fut désigné Premier ministre, forma son gouvernement qui devait conduire notre pays à l’indépendance et mettre en application son  programme politique axé sur la paix,  l’unité et le développement. Malheureusement, dans la soirée du 13 octobre 1961 le héros de notre indépendance fut  lâchement  assassiné par ses ennemis politiques aidés en cette sale  besogne par le  pouvoir colonial.Il y a 56 ans, le peuple burundais  a perdu un homme hors du commun en la personne du prince Louis Rwagasore  qui a écrit une page d’or dans l’histoire de notre cher Burundi, et travaillé à sa grandeur et son entrée,  par la grande porte, dans le concert des nations. Puisse le flambeau  qu’il a allumé continuer  de se transmettre de génération en génération !
Louis Kamwenubusa

Ouvrir