Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Saison pluvieuse> Prévention des maladies liées au manque d’hygiène

L’ implication de différents ministères s’avère nécessaire

 

Au début de la saison des pluies, il apparaît souvent des maladies liées au manque d’hygiène. Certaines sont fréquentes dans tout le pays, d’autres se remarquent dans certaines régions. Pour une bonne prévention de ces maladies, l’ implication de différents ministères s’avère nécessaire.  

 

DSC09780Dans un entretien qu’il a accordé à la rédaction du quotidien. Le Renouveau, le chef du Service national d’hygiène et assainissement au ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida, Prosper Muyuku , a fait savoir qu’au début de la saison pluvieuse, il est remarqué beaucoup de maladies liées au manque d’hygiène. Il a indiqué que cela est dû aux comportements de la population de certains pays africains de déféquer à l’air libre. Et, suite à la consommation des eaux non potables, les gens s’infectent et se réinfectent davantage de beaucoup de maladies. Il s’agit notamment des maladies diarrhéiques, des maladies parasito-intestinales mais aussi de la dysenterie ou du choléra. Il a affirmé que ces maladies sont enregistrées avec un taux élevé dans les structures de santé.Dans un entretien qu’il a accordé à la rédaction du quotidien. Le Renouveau, le chef du Service national d’hygiène et assainissement au ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida, Prosper Muyuku , a fait savoir qu’au début de la saison pluvieuse, il est remarqué beaucoup de maladies liées au manque d’hygiène. Il a indiqué que cela est dû aux comportements de la population de certains pays africains de déféquer à l’air libre. Et, suite à la consommation des eaux non potables, les gens s’infectent et se réinfectent davantage de beaucoup de maladies. Il s’agit notamment des maladies diarrhéiques, des maladies parasito-intestinales mais aussi de la dysenterie ou du choléra. Il a affirmé que ces maladies sont enregistrées avec un taux élevé dans les structures de santé.M.Muyuku a indiqué que ces maladies sont entre autres la dysenterie bacillaire, la fièvre typhoïde qui sont souvent remarquées sur tout le territoire mais aussi le choléra  qui, lui,  se limite dans la région de l’Imbo, sur le long du lac Tanganyika, du fait qu’il y a une multitude de contacts. Il a également cité les parasito-intestinales qui sont enregistrées dans tout le pays. Il a dit que ces derniers menacent les enfants surtout de moins de cinq ans. « C’est pour cette raison que les mères qui sont souvent à côté de leurs enfants prennent conscience de la contamination et mettent  en place par conséquent les dispositions nécessaires pour éviter de se contaminer », a-t-il dit.Il a fait remarquer que c’est pour ce faire que, quant à la prévention, les intervenants en matière de lutte contre les maladies liées au manque d’hygiène doivent commencer par l’éducation de la population dans le but de lui apprendre à consommer de l’eau potable. Et, il faut aussi l’informer que si cette dernière ne vient pas du robinet ou des points aménagés, il faut qu’elle fasse bouillir cette eau jusqu’à l’ébullition. Comme cela, cette population pourra être sûre qu’elle consomme de l’eau potable, utilisable sans risque. Une autre mesure est le lavage des mains au savon. Notre source a souligné que , jusqu’aujourd’hui, certains Burundais ne savent pas comment se laver les mains et quand il faut le faire. Il a tenu d’abord à rappeler les techniques de lavage des mains. Mais avant cet acte, il a dit qu’il y a des préalables. « Avant de se laver les mains, il faut enlever tous les bijoux, les bracelets et couper les ongles à rat. Puis, après avoir mouillé les mains, on frotte le savon, on frotte les mains entre les doigts par le devant et derrière et on frotte autour de la main, on se rince et étale les mains à l’air libre », a-t-il mentionné. Celui-ci a affirmé que, malheureusement, la réalités chez  certains burundais est qu’ils lavent une seule main surtout chez ceux qui mangeaient souvent la patte. Il a tenu de signaler que  c’est comme si ces personnes mangent sans se laver la main. Cela parce que, sans la technique ci-haut citée, les bactéries  ne quittent pas l’endroit. Par contre, ils créent une résistance.M.Muyuku a également rappelé les moments critiques de lavage des mains. Il a indiqué qu’il est indispensable de se laver les mains après avoir quitté la toilette, après le nettoyage des enfants, avant de manger, de préparer la nourriture et avant de faire  téter les enfants.

La cause des maladies liées au manqued’hygiène dans les mêmes régions 

A la question de savoir pourquoi il y a recrudescence des maladies liées au manque d’hygiène dans les mêmes régions, il a répondu que c’est parce que les gens ne veulent pas suivre les conseils donnés concernant l’utilisation de l’eau potable et d’autres stratégies pour prévenir les maladies liées au manque d’hygiène. Il a signalé que c’est pour cette raison que, pour une bonne prévention, la collaboration entre différents ministères s’avère indispensable. Il a cité le ministère en charge de la santé publique pour la sensibilisation au changement de comportement et la prise en charge des maladies liées au manque  d’hygiène ,celui en charge de l’environnement, de la sécurité publique, de l’énergie et des mines mais aussi celui de l’Intérieur et de la formation patriotique, etc.Il a enfin fait un clin d’œil à la population qu’il faut toujours suivre les conseils de ces ministères ci-haut cités afin de se prémunir efficacement contre les maladies liées au manque d’hygiène.    

Rose Mpekerimana

 

Ouvrir