Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SFBLSP- BURUNDI> Célébration de la Journée internationale des filles

Sous le thème : «Autonomisation économique des filles avant, pendant et après la crise »

 

DSC 0279L’association Solidarité des femmes burundaises pour la lutte contre le sida et le paludisme a procédé le mercredi 11 octobre 2017 à la célébration de la Journée internationale des filles. Cette journée a été célébrée sous le thème : « Autonomisation des filles avant, pendant et après la crise ».  

 

L’association Solidarité des femmes burundaises pour la lutte contre le sida et le paludisme s’est joint au monde dans la célébration de la Journée internationale des filles célébrée le 11 octobre de chaque année.  Dans son mot d’ouverture des cérémonies marquant cette activité, la présidente et représentante légale de cette association Espérance Ntirampeba a indiqué que cette journée est une occasion de lutter contre le mariage précoce et forcé des filles. Elle a précisé que les causes de ces mariages sont, entre autres, la non scolarisation,  la pauvreté dans la famille.  Elle a souligné que ces mariages ont des conséquences néfastes sur la santé et la vie  de la jeune fille.Elle a ajouté que comme le précise  le thème de cette année « Autonomisation économique des filles avant, pendant et après la crise », la fille a droit à une éducation dans le but de préparer un bon avenir afin de s’auto développer, développer sa famille et la nation tout entière. Ntirampeba a fait savoir que le mariage  précoce et forcé  est une réalité dans notre pays et qu’il est pour la plupart des cas causé par la pauvreté dans les familles, les croyances religieuses. Elle a précisé que ce mariage est   même à l’origine des violences faites aux femmes et aux filles. «  En cette journée, la solidarité des femmes burundaises pour la lutte contre le sida et le paludisme s’engage à continuer la campagne de lutter contre les violences de toutes formes faites aux femmes et aux filles.  Tous ensemble, luttons contre le mariage des enfants au Burundi en vue de les aider à préparer leur avenir », a insisté Mme Ntirampeba.Il est à souligner que lors  de ces cérémonies, les participants ont eu le temps de suivre un sketch montrant les causes et les conséquences du mariage précoce et forcé des filles mineures. 
Emelyne Iradukunda

Ouvrir