Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINISTERE DE LA JUSTICE> Moyens de la mise en œuvre de la politique sectorielle

Création des cellules, l’une des méthodes optées

 

DSC03469A l’occasion de la deuxième réunion des différents hauts cadres du ministère de la Justice et ses partenaires organisée le mardi 12 septembre 2017, le secrétaire permanent au sein dudit ministère a informé sur les moyens de la mise en œuvre de la politique sectorielle. Il a indiqué que la création des cellules est l’un des moyens adoptés par le ministère pour la mise en œuvre de sa politique sectorielle. 

 

Dans une interview qu’il a accordée à la presse, le Secrétaire permanent au ministère de la Justice, Arcade Harerimana, a indiqué que pour que tous les dossiers avancent normalement, le ministère a créé différentes cellules au sein du ministère.  Chaque cellule a son secteur d’intervention prévue par la politique sectorielle du ministère de la justice de 2016-2020. En matière pénale, cette autorité a précisé qu’il y a des renforcements de la chaîne pénale. Il a dit que les praticiens de celle-ci travaillent durement pour que les dossiers  soient clôturés rapidement. « Pour arriver à cela, ils doivent subir des renforcements des capacités », a-t-il ajouté. Concernant les dossiers civils, il a signalé qu’avec l’appui des bailleurs à savoir le Programme des nations unies pour le développement(PNUD), le ministère de la Justice est en train  d’effectuer une campagne de la mise en exécution des dossiers déjà prononcés. « Le travail est à la phase finale » a précisé M.Harerimana. 

Stratégie nationale d’aide légale 

Une aide légale est aussi en cours d’exécution en faveur des vulnérables. En effet, il y a dans notre société des gens qui ne savent pas comment porter leurs affaires devant les juridictions et comment se défendre. Pour répondre à cela, le ministère de la Justice a mis en place une stratégie nationale d’aide légale. Le ministère leur octroi des avocats gratuitement. Pour le moment, a continué M.Harerimana, un recensement des vulnérables ayant besoin d’avocats est en train d’être effectué. Dans les prochains jours, leur dossier vont être ouverts dans les cours et tribunaux compétents car, leurs inscriptions sont déjà en cours.  M.Harerimana a indiqué que le ministère rencontre des défis dans la mise en œuvre de sa politique. Il a dit qu’il y a des jeunes magistrats qui doivent être formés et d’autres anciens qui devraient également bénéficier d’une formation continue au cours de leur carrière. Pour atteindre cet objectif, le ministère a mis en place le Centre de formation professionnelle de la justice. Malheureusement, a déploré le Secrétaire permanent, ce centre connaît des défis liés à des contraintes budgétaires.Le secrétaire permanent au sein du ministère de la Justice a informé qu’une rencontre s’est tenue en avril 2017 dans le même but de mettre en œuvre sa politique sectorielle. Dans cette première réunion, il était question de relancer la collaboration entre les partenaires du ministère de la Justice et le ministère. Dans cette réunion il y a eu des recommandations qui ont été formulées. Evaluer le niveau de la mise en œuvre des recommandations formulées aux cours de la première réunion a été l’un des objectifs principaux  de la seconde réunion qui s’est déroulée le mardi 12 septembre 2017.
 Vincent Mbonihankuye

Ouvrir