Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CARBURANT> Manque d’essence dans les stations-services

«L’état des stocks montre que ce produit est disponible sur le territoire burundais »

 

staUn manque de carburant de type « essence » s’observe dans pas mal de stations-services de la municipalité de Bujumbura, selon le constat du 12 septembre 2017. Le ministère de l’Energie et des mines indique que l’état des stocks au 6 septembre 2017 montre que ce produit est disponible sur le territoire burundais.

 

Un manque d’essence s’observe  actuellement dans la capitale Bujumbura. Depuis le vendredi 8 septembre 2017, les stations-services peinent à satisfaire les automobilistes qui attendent dans des files pour être approvisionnés en essence. Lors de notre passage dans certains endroits de la municipalité de Bujumbura, nous avons remarqué que les stations Kobil, Mogas, Eka, Engen de Kigobe dans la commune urbaine Ntahangwa ne distribuaient pas de l’essence. La situation était la même dans les stations Kobil de Mutanga Sud et Engen de Rohero I. Seules les stations Kobil près de la rivière Ntahangwa haut et Kobil de Rohero I près de l’Alimentation Fidodido distribuaient de l’essence. Ainsi, des files d’attente se faisaient remarquer dans ces stations.Mélance Ndayizigiye est un chauffeur de taxi qui attendait d’être approvisionné en carburant à la station Kobil se trouvant au quartier Rohero I. « Nous sommes là, nous attendons, on ne sait pas quand on va être servi en carburant. Les transporteurs s’inquiètent déjà des effets négatifs sur leurs activités. « Si on doit s'aligner deux ou trois heures ou même plus, nous perdons toute une journée de travail », s’indigne un propriétaire de véhicule.Dans son communiqué du 11 septembre 2017, le ministère de l’Energie et des mines indique que l’état des stocks du carburant de type «  essence » au 6 septembre 2017 montre que ce produit est disponible sur le territoire burundais et rien ne pourrait justifier une telle situation à peine deux jours après ce constat.Selon le ministère, toute forme de spéculation et de fraude sera sanctionnée conformément aux règlements en vigueur. Il sollicite encore une fois les forces de l’ordre et de sécurité à lui prêter main forte comme toujours afin que la distribution des produits pétroliers se fassent normalement.Le même communiqué précise que la structure des prix pétroliers pour le mois de septembre 2017 reste similaire à celle du mois d’août 2017, aucun changement n’ayant pas été opéré par l’autorité habilitée.

Eric Mbazumutima

Ouvrir