Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MARCHE NGAGARA II> Etat des lieux de l’occupation des stands

Plusieurs stands ne sont toujours pas fonctionnels

 

aaassddgg Après le déménagement des commerçants du « Grenier du Burundi » et des fournisseurs et détaillants des vivres frais de près du marché Bujumbura city market dit marché Chez Sion vers le marché Ngagara II dit marché Cotebu, plusieurs échoppes de ce dernier ne sont toujours pas fonctionnels. Et pourtant, on observe une agglomération des commerçants cités ci-haut sur le pourtour du marché. Les commerçants de l’intérieur trouvent difficilement des clients car ils sont bloqués par ceux du dehors.

 

 La rédaction du journal Le Renouveau s’est rendue le mercredi 12 juillet 2017 au marché Ngagara II dit marché Cotebu pour constater l’état d’occupation des stands après le déménagement vers celui-ci des commerçants du « Grenier du Burundi » et des fournisseurs et détaillants des vivres frais de près du marché Bujumbura city market dit marché Chez Sion. Plusieurs échoppes sont toujours inoccupées et d’autres font semblant d’être fonctionnelles avec très peu d’articles dedans remplis de poussière.
Dans le quartier I, la rédaction du journal Le Renouveau a constaté que pas mal de commerçants étaient en train de nettoyer leurs échoppes pour commencer les activités et d’autres étaient déjà installés. Les commerçants trouvés sur place ont indiqué que les clients ne leurs parviennent pas parce qu’il y a des bousculades occasionnées par les commerçants de dehors. En plus, ont-ils ajouté, ces clients n’ont pas l’intérêt de pénétrer à l’intérieur d’autant qu’ils vendent les mêmes biens que ceux de dehors. Selon eux, ils espèrent qu’ils vont avoir des clients après la réorganisation du marché qui installera à l’intérieur ceux du pourtour.
Dans les quartiers II, III et IV, les commerçants déjà installés sont moins nombreux. Plusieurs stands étaient en train d’être nettoyés et les bénéficiaires des autres échoppes vides venaient d’arriver, alertés par les autres que les non fonctionnels du quartier IV sont en train d’être redistribués. Selon les commerçants des stands fonctionnels, une partie du quartier où on envisage bâtir un hangar est démolie en l’absence de leurs bénéficiaires. Ils ont indiqué que certains de leurs bénéficiaires ont des places ailleurs qui leur procurent de gros bénéfices et d’autres sont complétement ruinés et ont manqué de capitaux après avoir construit une échoppe métallique qui leur a couté cher étant donné qu’ils étaient en état de sinistre. Et cela suite à leurs marchandises péries dans le marché central de Bujumbura lors de l’incendie de 2013.

Ezechiel Misigaro

Ouvrir