Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ASSEMBLÉE NATIONALE> Séance plénière du vendredi 14 juillet 2017

L’Office burundais des recettes fait un travail satisfaisant, mais éprouve quelques contraintes

 

aaajqjqjsjs Les députés se sont réunis en séance plénière le vendredi 14 juillet 2017 sous la présidence de Pascal Nyabenda, président de l’Assemblée nationale. Lors de cette séance, les députés ont analysé le rapport de la commission permanente chargée des questions des finances. Ils ont également posé des questions au ministre des Finances, du budget et de la privatisation, Domitien Ndihokubwayo.

 

 La commission permanente chargée des questions des finances a présenté le rapport d’une mission qui l’a conduite dans différentes localités du pays les 10,11, et 12 du mois d’avril, et les 20 et 21 du mois de juin 2017, pour se rendre compte de la situation en matière de collecte des taxes. Dans une rencontre de ces députés et le commissaire général de l’Office burundais des recettes, ce dernier a exprimé sa satisfaction par rapport à la collecte des taxes. En effet lit-on dans ce rapport, la collaboration entre les différents commissariats de cet Office est bonne et cela permet d’accroître les recettes. Le commissaire général de l’OBR a indiqué que la collecte dépasse les prévisions. A titre illustratif, pour le premier trimestre de l’année 2017, il y a eu une collecte de plus de 8 milliards supplémentaires, par rapport aux prévisions, soit 115%.

Contraintes dans la collecte des taxes

L’OBR a déjà identifié les contraintes dans la collecte des taxes. Ce sont entre autres le germe de la corruption qui s’observe chez certains agents de l’OBR, le personnel insuffisant suite à la diversification des types de taxes qui étaient collectés ailleurs comme l’impôt locatif ; l’insuffisance de l’équipement informatique, les ponts bascules, les scanners… ; les textes et lois qui ne sont pas clairs ; le manque de civisme fiscal et la fraude chez les commerçants, pour ne citer que celles-là. Mais le commissaire général de l’OBR estime que progressivement, les solutions seront trouvées. En effet, dit-il, on a déjà mis en place un système de suivi de tout mouvement des camions qui transportent les marchandises et le numéro vert 500 pour que la population puisse rapporter les cas de fraude. Il a également été adopté une stratégie de lutte contre la corruption, ce qui a valu à cet Office un prix décerné par l’African tax administration forum. Pour continuer à aller de l’avant dans la collecte des taxes, le commissaire général de l’OBR souhaite qu’il y ait des recrutements des employés, leur doter des équipements modernes, les sensibilisations au civisme fiscal et la révision des lois comme l’impôt sur les revenus, la loi sur la fiscalité communale et la loi sur la TVA au Burundi. Répondant aux questions des députés en rapport avec les prestations de l’OBR, le ministre Ndihokubwayo a reconnu que le personnel de l’OBR estimé à 850 est insuffisant par rapport au nombre des contribuable et à l’élargissement des recettes fiscales. Il rassure que le nombre des agents sera accru compte tenu des moyens. Pour ce qui est des équipements, il dit que l’OBR est encore jeune, mais que le pas franchi est déjà remarquable, et promet que la modernisation sera progressive. Il tranquillise que le poste de Kobero sera doté d’ici peu d’un scanner. Pour ce qui est des relations entre l’OBR et l’Inspection générale de l’Etat, le ministre indique que la question est en cours d’analyse car cet Office utilise autour de 29 milliards, ce qui suscite des interrogations.


Alfred Nimbona

Ouvrir