Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

EDITORIAL> Encadrer les jeunes, c’est préparer leur avenir

La jeunesse ? Parlons-en en cette période de grandes vacances où il est question d’encadrement de la jeunesse pour l’éloigner de ce qui la distrait et la décourage. Parlons-en puisqu’il s’agit de cette importante frange de la population sans laquelle l’avenir du pays n’est pas possible. Parlons-en puisque l’encadrement de la jeunesse, en cette période favorable à la manipulation et à l’instrumentalisation des jeunes, devient une tâche qui nous incombe à nous tous, c’est-à-dire celle de permettre à la communauté juvénile de s’exprimer d’une seule et même voix et d’agir à travers un même cadre face aux difficultés auxquelles elle est confrontée.

S’agissant de l‘encadrement des jeunes en cette période de grandes vacances, il est intéressant de souligner, à gros traits, que le ton a été donné par l’épouse du chef de l’Etat Denise Nkurunziza qui, en ces jours-ci, se donne corps et âme en organisant et en présidant des séances d’échanges sur les problèmes de l’éducation, sur l’importance et le rôle de la jeunesse dans la construction du pays, sur l’occupation utile des jeunes, par notamment des camps de travail, par la participation aux travaux de développement communautaire, par l’adoption des comportements qui ne nuisent pas à la culture burundaise, par la fréquentation des sages qui permettra à la jeunesse de gagner en sagesse et par toutes les voies qui viendront sans nul doute répondre notamment à l’impératif d’aimer sa patrie, la jeunesse étant la passerelle de toutes celles et de tous ceux qui sont plus prompts à détruire le pays de leurs propres mains qu’à le construire.
Comment éviter les débordements possibles qui pourraient être le fait, soit de militants de partis politiques ou d’associations ou de provocateurs qui pourraient s’infiltrer au sein des masses juvéniles ? Comment éviter aussi le recours à la violence et autre incitation à la haine soutenus par des mots d’ordre qui pourraient troubler l’ordre public et menacer la paix civile ? Disons-le tout de suite, la réponse se trouve dans l’encadrement citoyen des jeunes grâce auquel notre pays a tout à gagner, car la jeunesse est la meilleure richesse sur laquelle le pays peut compter pour son avenir. Quel citoyen responsable peut se soustraire à l’encadrement de la jeunesse ?
Nous ne le répèterons jamais assez, des sollicitations de toutes sortes peuvent être orientées en direction des jeunes : idéologies, argent, drogue, débauche, violences etc. C’est pourquoi une grande vigilance leur est recommandée, celles et ceux qui leur font ces propositions voulant détruire leur avenir. En raison des situations difficiles qui peuvent se présenter à eux, il leur est recommandé de ne pas se laisser décourager et de ne pas renoncer à l’éducation reçue des parents responsables, la famille étant bien le lieu propice pour l’apprentissage et la pratique des valeurs humaines positives, l’école venant ensuite la compléter. La famille n’est-elle pas le sanctuaire de la vie et une cellule vitale de la société ? N’est-ce pas en elle que se modèle de manière primordiale le visage d’un peuple ? N’est-ce pas là que ses membres reçoivent les piliers d’une éducation fondamentalement humaine ?
Terminons cet éditorial en disant que l’avenir est entre les mains de ceux qui savent trouver de fortes raisons de vivre et d’espérer à travers une bonne éducation reçue en famille, à l’école et dans la vie partagée en société.


Louis KAMWENUBUSA

Ouvrir