Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

HOPITAUX PUBLICS> Accueil des patients

Le ministère en charge de la santé devrait régler certaines irrégularités

 

aajajajajaa Dans certains hôpitaux publics, les patients se lamentent qu’ils sont mal accueillis. Ils affirment que quand ils se présentent dans un état critique, le personnel médical ne se soucie pas souvent d’eux. Et, en cas d’ incident, certains commencent à se jeter le tort, d’autres cherchent à se couvrir. Ces patients demandent au ministère en charge de la santé de régler ces irrégularités pour respecter les droits des malades.

 

 Les patients qui fréquentent les hôpitaux publics témoignent que quand ils sont gravement malades, soit ils cherchent les moyens pour aller se faire soigner dans un cabinet privé, soit ils cherchent une connaissance qui travaille dans ces hôpitaux pour l’aider à avoir un médecin. Une femme qui garde l’anonymat témoigne ce qui lui est arrivé quand elle a accompagné une voisine qui voulait accoucher. « J’ai accompagné une voisine qui voulait accoucher dans un hôpital public. Quand nous sommes arrivées, les infirmières nous ont dit qu’il n’ y a pas de matériel pour l’accouchement. Nous ne pouvions pas aller ailleurs parce que ma voisine était sous contractions . Je les ai suppliées pour nous accueillir. Une d’entre elles a pris la décision de nous accueillir. Dans les minutes qui ont suivi, la femme a mis au monde », a-t-elle mentionné.
Cette femme a été choquée par cet accueil. Elle a précisé que sa voisine a eu son enfant grâce à la volonté de Dieu en passant l’infirmière qui a pris l’initiative de l’aider . Notre source a révélé que dans certains cas, les femmes succombent avec leurs bébés à cause de la négligence du personnel médical. Dans d’autres cas, on remarque beaucoup de mort-nés parce que les femmes ont passé beaucoup de temps sous contractions et sans surveillance. Pourtant, ces femmes se présentent dans les structures de soins à temps.
Notre source se demande alors si le métier de soigner les malades peut être comparé à n’importe quel métier. Et si cela c’est vrai, elle se demande si d’autres métiers n’ont pas d’éthique ou de déontologie professionnelle.
A tous ces questionnements, la ministre en charge de la santé publique a donné certains éclaircissements lors de la présentation du bilan trimestriel de ce ministère. Josiane Nijimbere a parlé du cas qui est arrivé à l’hôpital Roi Khaled. Elle a indiqué qu’elle a demandé à l’Ordre des médecins d’établir les responsabilités individuelles à propos d’un décès survenu à cet hôpital suite à la négligence du médecin de garde. Elle a précisé qu’elle a ordonné que ce rapport parvienne au ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida avant le 15 juillet de cette année.
Rose Mpekerimana

Ouvrir