Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINEDUC> Rencontre du ministère de tutelle avec les responsables des institutions d’enseignements supérieurs publics et privés

Evaluer le pas franchi dans la mise en place du système BMD et échanger sur la mise en œuvre de l’école doctorale au Burundi

 

aaaaaqkskjksd Le ministère de l’Education, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a organisé, le jeudi 13 juillet 2017, une rencontre avec tous les responsables des institutions d’enseignement supérieur publiques et privées du Burundi. L’objectif principal était d’échanger sur le cadre légal du travail ; évaluer le pas franchi dans la mise en place du système baccalauréat, maitrise et doctorat (BMD) en vue de relever les défis et de profiter des opportunités y relatifs, mais également de parler de l’école doctorale qu’il est impératif de mettre en place dans les prochains jours.


Dans son discours d’ouverture, Léopold Havyarimana, secrétaire permanant au ministère de l’Education, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a indiqué que le gouvernement du Burundi s’est fortement impliqué dans la mise en œuvre de la réforme BMD, qui est actuellement le seul référentiel des diplômes de l’enseignement supérieur reconnu au niveau régional et international. Et dans le but de renforcer le partenariat Etat-institutions d’enseignement supérieur publiques et privées, M. Havyarimana a ajouté que les contributions des responsables des institutions d’enseignement supérieur est une d’une importance capitale en vue de rendre plus opérationnel le système éducatif burundais. « En cela, le Burundi se trouve dans une dynamique d’intégration économique et sociale, dont l’objectif de ces communautés est de faciliter une meilleure et libre circulation des personnes, des biens et des services ainsi qu’une émergence d’un marché commun de fait ou de droit en matière d’emploi. Donc, il nous est demandé de mettre en place un système éducatif répondant aux besoins du marché», a insisté M. Havyarimana.

« La création d’une école doctorale, une nécessité absolue pour notre pays »

M. Havyarimana a informé que cette rencontre a été également organisée pour asseoir ensemble un développement durable et intégral des populations en générale et de générations présentes et futures du pays en particulier. « Alors, la balle revient à tous les intervenants du secteur éducatif pour conjuguer leurs efforts en mettant en place une politique et les stratégies opérationnelles susceptibles de contribuer dans l’amélioration de l’enseignement supérieur afin de pouvoir doter notre pays d’un personnel compétent capable d’impulser son développement socio-économique pour des générations présentes et futures », a interpellé M. Havyarimana. Ce dernier a précisé que la création d’une école doctorale est une nécessité absolue, surtout pour la formation des formateurs dont toutes les institutions d’enseignement supérieur ont besoin d’une manière criante. A cet effet, les facultés ainsi que les différentes filières devraient être pilotées par un personnel qualifié et expérimenté afin d’assurer la qualité de la formation dispensée.

Promouvoir un enseignement supérieur adapté aux besoins réels du pays

Pour clôturer, M. Havyarimana a affirmé que nul n’ignore que, dans la société burundaise, les jeunes sont les plus frappés par le chômage et le sous emploi, et que leur intégration sur le marché de l’emploi est l’une des meilleures solutions pour le développement économique durable et la consolidation de la paix. « Pour y arriver, nous devrons promouvoir un enseignement supérieur de qualité et adapté aux besoins réels du pays et de la sous-région, en développant certaines filières clés comme les sciences, la technologie et d’autres afin d’arriver à l’essor économique de notre pays », a mentionné M. Havyarimana.


Avit NDAYIRAGIJE

Ouvrir