Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PALAIS PRESIDENTIEL DE GITEGA> Clôture de la retraite gouvernementale


Le bilan des realisations du gouvernement est satisfaisant

 

aaaqdnhl Sous la présidence du chef de l’Etat Pierre Nkurunziza, les membres du gouvernement se sont réunis dans une retraite au palais présidentiel de Gitega, le mercredi 19 avril 2017. Le but était d’identifier les obstacles à l’origine de la non-exécution du plan d’action du gouvernement en 2016 afin de bien décoller avec l’année 2017. Toutefois, dans sa globalité, le bilan des réalisations est satisfaisant, selon le porte-parole du gouvernement du Burundi.

 

 A la fin de la retraite, Philippe Nzobonariba, porte-parole et secrétaire général du gouvernement a annoncé à la presse que cette séance fait suite à une retraite élargie qui s’était tenue la veille. Là, il était question de faire participer les membres du gouvernement, les hauts cadres des différents ministères, les responsables des structures étatiques, des administrations personnalisées ou à autonomie de gestion, pour évaluer ensemble l’état d’avancement des réalisations du plan du gouvernement.

Le but de cette retraite gouvernementale, a poursuivi M. Nzobonariba, était d’identifier les obstacles à l’origine de la non-exécution du plan d’action du gouvernement durant l’an 2016. Chaque ministre a pu présenter l’état d’avancement des réalisations dans son secteur et les obstacles observés. Et d’ajouter que l’expert de la présidence de la République a quant à lui décrit ministère par ministère, comment le plan d’action du gouvernement a été réalisé et les obstacles qu’il a rencontrés. Cet expert a montré que dans sa globalité, le bilan des réalisations des différents ministères est satisfaisant.
Toutefois, le porte-parole du gouvernement a indiqué que certains des programmes du plan d’action n’ont pas pu être exécutés, soit pour des raisons de manque de moyens financiers, soit par exigence d’une expertise internationale. Ici, il a donné un exemple parmi plusieurs, à savoir, le projet de la carte nationale d’identité biométrique où le choix de l’entreprise étrangère qui devait l’exécuter ne pouvait pas échapper aux procédures du marché public, le but étant de veiller aux intérêts du gouvernement par rapport à l’offre.
Philippe Nzobonariba a fait savoir que le chef de l’Etat a encore une fois prodigué des conseils aux membres du gouvernement allant dans le sens de les encourager, mais aussi de corriger certaines lacunes qui se manifestent encore.

Amedee HABIMANA

Ouvrir