Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ENTRETIEN> Conversation avec une femme exerçant le métier de tailleur

La couture est un gagne-pain

aaazfbgNée à Kiganda en province de Muramvya en 1976, Aline Manirakora a fait ses études primaires dans ladite commune, après, elle a suivi l’enseignement du métier de couture qui est aujourd’hui son gagne-pain.

Depuis 2000, elle s’est installée à Bujumbura pour commencer à travailler, mais comme elle n’avait pas de moyens suffisants pour s’acheter une machine, elle a débuté la couture en travaillant pour quelqu’un d’autre à l’avenue de la Victoire. Avec le salaire qu’elle recevait de ce métier, elle a pu acheter sa propre machine pour travailler étant autonome.
En 2007, elle quitte le centre ville et, s’installe à Mutanga Nord et y exerce son métier pendant 3 ans ; par après, elle a déménagé vers la zone Kamenge au quartier Kavumu, 4e avenue, numéro 27 où elle reste jusqu’à ce jour. Ses clients de Mutanga Nord et des différents quartiers de la capitale de Bujumbura la suivent même à Kamenge, car c’est une femme exceptionnelle qui tient ses rendez- vous avec les clients, et qui exerce la couture d’une manière qui satisfait ses clients.
Avec ce métier, elle renouvelle chaque année son matériel par l’achat d’une machine neuve ; elle peut s’acheter une bouteille de bière, payer le minerval de ses quatre enfants, assurer la ration de sa famille, se divertir à la plage avec les enfants, ainsi de suite.
Mme Manirakora fait un clin d’œil aux aux autres femmes qui ne veulent pas entreprendre une activité génératrice de revenus attendant l’argent de leurs époux, de s’atteler au travail car la vie est pleine de surprises ; leurs maris peuvent être renvoyés du travail, perdre le revenu à cause des accidents… mais avec une telle occupation, elles peuvent se débrouiller et assurer les besoins essentiels avec le peu qu’elles gagnent. Elle invite ceux ou celles qui veulent faire la formation de couture à être les bienvenus chez elle, les portes leur sont ouvertes.

Nadège Carlette Nibitanga (stagiaire)

Ouvrir