Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

EGLISE CATHOLIQUE> Comportement d’un chrétien pendant le carême

Une période de se convertir

aaaaaqseaLe carême vient du mot latin quadra Jesuma qui signifie une quarantaine. C’est une période de quarante jours qui commence le mercredi des Cendres et qui se termine par le dimanche des Rameaux. C’est une période pendant laquelle les fidèles sont invités à faire une sorte de retraite collective ou ouverte pour se préparer à la fête de Pâques. Pendant cette période de carême, il est demandé aux chrétiens de se convertir, de prier davantage et de partager ce qu’ils ont avec les autres.

Le carême commence toujours par un mercredi des cendres. Celui-ci est une journée spéciale de pénitence au cours de laquelle les fidèles qui désirent commencer le temps de carême se montrent pénitents, acceptent leur état de pécheur et commencent cette marche vers la Pâques en suivant le Christ sur le chemin de la croix et en acceptant de se convertir pour une vie nouvelle, une vie d’un converti. Les cendres sont un geste symbolique que les fidèles posent pour montrer que devant Dieu, ils ne sont rien, ils se considèrent comme de la poussière, comme ce cendre et en montrant que la vie de l’Homme est éphémère et que sans compter sur la force de Dieu nous ne pouvons rien. L’imposition des cendres sur le front s’accompagne d’une parole « convertissez-vous et croyez à la bonne nouvelle » qui est une invitation à la conversion. Cela ressort d’un entretien que l’Abbé Arcade Nitunga, coordinateur diocésain de l’apostolat des laïcs dans l’archidiocèse de Bujumbura, a accordé à la rédaction du quotidien d’informations Le Renouveau.
Abbé Nitunga a indiqué que le carême est une période de pénitence, de retournement sur soi. C’est comme une retraite collective et ouverte pendant laquelle l’Eglise propose à ses fidèles de suivre l’exemple du Christ en vivant dans la pauvreté spirituelle et matérielle, en vivant l’aumône, l’aide aux pauvres et la prière. Il a précisé que c’est une période pendant laquelle il nous est demandé de prier davantage plus que nous ne le faisions avant. «Le chrétien doit prendre le temps de méditer sur la parole de Dieu et de faire aussi le chemin de la croix en vivant et en méditant les mystères de la vie de Jésus quand il était sur le chemin vers Golgotha pour y être crucifié. Cette prière est accompagnée par les œuvres de charité, c'est-à-dire l’aumône du carême», a-t-il ajouté.

Le carême de partage est organisé
Il a rappelé que depuis quelques années, pendant cette période, on organise le carême de partage. C’est une semaine au cours de laquelle les fidèles collectent des biens, des vivres, des habits et de l’argent pour la Caritas paroissiale afin d’aider les pauvres de la communauté ou d’ailleurs. C’est pour montrer que le chrétien doit vivre la solidarité, l’amour véritable comme le Christ nous recommande et nous l’enseigne. Cette année, ce carême de partage aura lieu la semaine du 20 au 26.
Abbé Nitunga a aussi rappelé que le carême est aussi une période de jeûne, les fidèles se privent de quelque chose pour montrer réellement qu’ils veulent s’unir aux personnes souffrant, mais aussi qu’ils veulent éduquer leur corps à la maîtrise de soi. On se prive de toutes les choses qui nous attirent, nous procurent de la joie au niveau corporel et au niveau physique mais spirituellement nous éloigne. C’est cela que l’Eglise nous recommande de faire dans le but d’imiter le Christ pendant ces quarante jours qu’il a passés dans le désert avant de commencer d’enseigner publiquement. Pendant cette période, le Christ a subi des tentations du diable, ce dernier l’a tenté par les besoins de la chair ; la faim, le pouvoir et l’orgueil. Ces tentations sont ceux qui nous guettent maintenant. Pendant cette période de carême, le chrétien essaye de lutter contre ces tentations.
Pendant cette période de carême, la liturgie utilise l’ornement violet. Mais dans le temps, on utilisait la couleur noire pour montrer que c’est une période de repentance, mais aussi une période d’espérance. Car le chrétien croit qu’après s’être converti, la vie va renaître et recommencer. Cette couleur violette est donc une couleur d’espérance. Elle est utilisée pendant la période de carême mais également pendant l’avent.

« L’autre est un don, la parole est un don »
Abbé Nitunga a fait savoir que chaque année, le pape prépare un message pour les fidèles. Cette année, il nous a donné un thème liberé ainsi : « L’autre est un don, la parole est un don » et il nous invite à méditer sur la parabole du riche et le pauvre Lazare afin que l’Homme puisse ouvrir les yeux et voir les pauvres qui sont autour de nous et essayer de leur venir en aide, de partager ce que nous avons avec les autres. Il nous rappelle que, dans ce monde, il y a des personnes qui sont riches et d’autres qui sont pauvres ; nous ne devons pas nous éloigner de ces gens pauvres parce qu’ils ont besoin de notre richesse pour pouvoir vivre comme les autres. « C’est un message que l’Eglise nous donne aujourd’hui dans notre pays où nous voyons qu’il y a beaucoup de personnes qui vivent dans une extrême pauvreté, dans la mendicité même, alors qu’il y a d’autres qui ont des moyens qui pouvaient leur venir en aide. Le message du carême de cette année nous pousse à penser et à nous souvenir de ces pauvres. Si la parole est un don, la parole de Dieu nous ouvre les yeux et nous montre que les biens matériels que nous avons ne sont pas les nôtres, mais une propriété commune que nous devons partager avec les autres en vivant la solidarité et la communion dans la charité. Si nous méditons la parole de Dieu, nous allons vivre fraternellement », a rappelé l’abbé Nitunga.
Emélyne Iradukunda

Ouvrir