Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMUNE GIHANGA> Face à la sécheresse

L’administrateur appelle à la solidarité

 

DSC00077Selon Léopold Ndayisaba administrateur de la commune Gihanga, ce sont les leçons apprises lors de l’évaluation des performances exercice 2015 qui ont permis à la commune de se classer première au niveau national pour l’exercice 2016. « Les indicateurs sont connus d’avance », affirme l’administrateur Ndayisaba. C’est en se conformant aux critères et à travers la mobilisation des initiatives privées en matière d’association et des coopératives, ainsi que l’évaluation à mi-parcours que la commune a eu une bonne note.

 

L’administrateur de Gihanga dit que l’avantage majeur a été la facilité qu’offre le regroupement de la population en associations. Selon M. Ndayisaba, il est facile pour les membres d’une association de contracter un crédit et de le payer facilement. Le secteur de l’éducation a été aussi évalué. Dans ce domaine, l’objectif a été atteint comme consigné dans le manuel communal de développement de quatre ans.
A la question de savoir l’appréciation de l’administrateur par rapport aux objectifs que la commune s’était fixées, Léopold Ndayisaba estime ses réalisations à 90%. Il se félicite entre autres de l’électrification du plusieurs collines de sa commune. Selon lui, l’électricité est le moteur de développement communautaire car elle offre les opportunités de création des petits emplois et génère des revenus aux ménages. L’administrateur parle également des écoles et des dispensaires qui ont été construits dans le but d’améliorer le bien-être de la population.
Cependant, des défis n’ont pas manqué, comme le précise l’administrateur Ndayisaba. C’est notamment la sécheresse qui s’est abattue sur la commune avec, à la clé, des conséquences fâcheuses sur la sécurité alimentaire. Il indique que la partie proche de la Rukoko a été la plus menacée surtout pour les cultures vivrières, mise à part la culture du riz qui est irrigué à travers les eaux de rivière.
« Je reste confiant que les mesures qui avaient été prises en matière de conservation de la production aideront à franchir le cap pour atteindre une autre saison bien qu’il y ait des familles en difficulté », rassure l’administrateur. Nous sommes, poursuit l’administrateur, en train de sensibiliser la population à l’entraide mutuelle afin que ceux qui ont un surplus ou qui ont pu récolter puissent venir en aide à ceux qui n’ont rien à mettre sous la dent ».

Charles Makoto

Ouvrir