Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial>

C’est dans trois mois que les membres du Gouvernement se retrouveront ensemble dans le contexte d’une autre retraite gouvernementale devant examiner ce qui aura été accompli jusque-là par chaque ministère, en fonction des plans d’actions soigneusement élaborés compte tenu des priorités avant toute chose. Il s’agira d’une deuxième retraite gouvernementale après celle qui, du 21 au 23 juillet 2020, a tenu ses assises à Ngozi, au nord du Burundi, en présence notamment du chef de l’Etat Evariste Ndayishimiye, du Vice-président de la République Prosper Bazombanza et du Premier ministre Alain Guillaume Bunyoni : En ouvrant officiellement la retraite gouvernementale en question, le président de la République Evariste Ndayishimiye a clairement indiqué les principales missions des membres du gouvernement appelés à travailler ensemble, dans la solidarité et la complémentarité, avec une vision claire et commune de l’objectif à atteindre. Le chef de l’Etat a également mis en relief une série de défis à relever dont la corruption contre laquelle il faut engager une lutte sans merci, par la mise en place et la gestion de l’ordre juste. Affirmons sans risque de nous tromper que le président de la république Evariste Ndayishimiye a fait de la lutte contre la corruption et les malversations économiques et financières son cheval de bataille et qu’il s’emploiera à s’assurer de la bonne gouvernance tout au long de son mandat.

Souvenons-nous ! Dans son discours d’investiture prononcé après sa prestation de serment en qualité de président de la république du Burundi, Evariste Ndayishimiye s’est adressé aux invités d’honneur en particulier et à la population burundaise en général en ces termes : « Nous en profitons pour tranquilliser ceux qui se lamentaient en disant que le bien commun est devenu une propriété privée des seuls responsables. Désormais, notre devise sera le développement par le peuple et pour le peuple. Comprenez bien, ce n’est pas le développement par le peuple pour ses dirigeants mais un développement avec un retour garanti sur l’investissement consenti par le peuple. Nous allons mettre en place un Gouvernement responsable qui gère les affaires du pays en bon père de famille, qui écoute le peuple et qui l’invite à dénoncer la corruption et les malversations de toute nature. Chacun, librement ou agissant en associations ou organisations de défense des intérêts des citoyens est invité à jouer pleinement son rôle car la dénonciation est très cruciale dans le combat contre la corruption. Sachez que le vol du bien commun, la corruption et les malversations sont des délits sévèrement punissables par la loi burundaise ».En matière de lutte contre la corruption et les malversations économiques et financières, les propos du chef de l’Etat sont aussi clairs que de l’eau de roche. Il nous appartient donc d’agir en bons citoyens aimant profondément leur patrie en œuvrant pour le plein succès de la présente législature ayant déjà mis le cap sur la bonne gouvernance dans le cadre d’une nouvelle dynamique en direction des actions à engager en faveur du développement par et pour tous.En mettant en place un gouvernement chargé de gérer les affaires du pays en bon père de famille, le président de la République Evariste Ndayishimiye a opéré un bon choix garantissant les meilleurs résultats en ce qui concerne particulièrement la bonne gouvernance. Qu’il nous plaise de lui souhaiter pleins succès !


Louis Kamwenubusa

Ouvrir