Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

LUTTE CONTRE LA PAUVRETE> Rôle de la femme burundaise

L’économie du Burundi est essentiellement basée sur l’agriculture. Le secteur primaire (agriculture, élevage et pêche) occupe une grande partie de la population active (90%), notamment la population féminine (55,2%), contre 8% pour le secteur tertiaire et seulement 2% pour le secteur secondaire. On observe aujourd’hui l’émergence de certaines femmes ou associations de femmes pour contribuer à la lutte contre la pauvreté. Ceci ressort d’un entretien nous accordé le mardi 21 juillet 2020 par Claphe Christine Ntunzwenimana, la représentante légale suppléante  du Cafob.

Selon Mme Ntunzwenimana du Collectif des associations et ONG féminines du Burundi, certaines activités des secteurs du commerce et de l’entrepreneuriat sont exercées par la plupart des femmes. Parmi ces activités, il y a celles qui relèvent essentiellement du secteur informel. L’on observe également des associations des femmes qui émergent pour travailler dans différentes filières comme l’import- export, la restauration, l’artisanat et d’autres secteurs du pays comme des coopératives de femmes, des femmes entrepreneures, et bien  d’autres domaines où les femmes conjuguent leurs efforts  pour accroitre l’économie familiale en particulier et celle du pays en général. En plus, la représentante légale suppléante  du Cafob fait remarquer que certaines femmes regroupées en associations ont aussi un rôle crucial à jouer pour combattre la pauvreté, étant donné que même dans le secteur de l’emploi formel, les femmes sont présentes. Elles contribuent donc au développement du pays. «Les femmes responsables seraient nombreuses au ministère de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale (chefs de départements, directrices et membres des comités interministériels)», renseigne-t-elle. 

Réticence de certains hommes

Toutefois, notre source déplore  quelques défis à relever qui bloquent certaines femmes dans l’accomplissement  de leurs activités de développement économique, notamment, la réticence de certains hommes à permettre à leurs femmes d’entreprendre, le poids de la culture, le non accès des femmes à l’information et à la formation ainsi que le non accès et le non  contrôle des femmes sur les facteurs de production  dans le secteur agricole.

  Claude Hakizimana (Stagiaire)

Ouvrir