Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

NOIX DU MACADAMIA>Les agriculteurs face aux ravageurs

Les noix du macadamia sont des graines récoltées. Celles-ci, vu leur importance dans le développement économique du pays. doivent être protégées depuis leurs semis jusqu’à leur récolte. Cela ressort d’un entretien, en date du 15 juillet 2020, avec le chercheur Déogratias Hakizimana sur la culture du macadamia. Il invite les agriculteurs à faire face aux ravageurs des plants de macadamia et assurer une bonne conservation.

Les punaises sont des ravageurs du macadamia et sont de plusieurs sortes. « la punaise du nom de bathycoeliabequarti est un ravageur de la famille des pentatomidae de couleur verte et jeune avec des franges sur les deux côtés du corps, qui est la plus dommageable aux macadamia », a signalé Déogratias Hakizimana. Il a ajouté qu’il existe d’autres sortes de punaises à savoir les termites, rongeurs, coléoptères. et autres ravageurs comme les criquets, les pucerons, les chenilles, les cochenilles, etc. qui sont nuisibles aux noix de macadamia.

Lutte contre les ravageurs

M.Hakizimana a invité les agriculteurs à lutter contre les ravageurs. «  Il faut chaque fois lutter contre ces ravageurs en utilisant des pesticides appropriés », a-t-il fait savoir. Il a ensuite signalé que les agriculteurs doivent savoir comment procéder pour cueillir les noix de macadamia . Cela se fait en collectant les noix tombées sur le sol. La cueillette directe des noix sur les arbres est découragée, car, on ne peut pas distinguer les noix mûres des immatures sur l’arbre. La collecte des noix doit se faire 2 ou 3 jours après qu’elles soient tombées pour éviter les attaques de rongeurs », a- t-il  fait remarquer. Il a ajouté que pour bien conserver les noix de macadamia, le dépulpage (enlever la pulpe de la noix) doit se faire  2 jours après  la cueillette et les graines obtenues sont séchées à l’air libre sous l’ombre pour éviter les cassures qui sont des voix d’entrée pour agents pathogènes qui attaquent l’amande.M.Hakizimana a terminé en recommandant aux cultivateurs de conserver soigneusement les graines séchées dans un endroit frais et sec, exempt de mauvaises odeurs. Celles-ci peuvent être détectées dans le produit fini.

DONATHE NDAYISENGA(STAGIAIRE).

Ouvrir