Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

APPRENTISSAGES DES METIERS> Défis chez les enfants vivant avec handicap

Comme tant d’autres, les enfants vivant avec handicap ont aussi droit à l’enseignement des métiers. Cela est justifié par l’existence des centres d’enseignement  des métiers à leur portée dans différents coins du pays. Toutefois,  les enseignants font face à certains défis dans l’enseignement des métiers dans ces centres d’encadrement des enfants vivant avec handicap. Selon Louis Binunda, enseignant au Centre National de Réinsertion  Socio-Professionnel (CNRSP) de Jabe, les défis sont essentiellement liés aux complexes dus à leur passé dans les familles d’origine.handicap

M. Binunda fait savoir qu’il totalise 11 ans dans l’enseignement des métiers au CNRSP Jabe, un centre d’encadrement des enfants vivant avec handicap  créé depuis 1981. Trois sections à savoir la soudure, la menuiserie et la couture sont actuellement présentes au sein de ce centre. « Cette année, nous avons certifié  neuf élèves dans la section couture et deux  dans la section soudure », signale l’interlocuteur.Selon l’enseignant Binunda, conduire un enfant vivant avec handicap jusqu’au niveau d’avoir un certificat dans telle ou telle autre section, n’est pas un travail facile.«Nous accueillons des enfants dont l’âge est compris entre 14 ans et 18 ans. Ces derniers ont des complexes extrêmes liés au mauvais passé qu’ils ont vécu au sein de leurs familles avant d’être intégrés dans les centres d’enseignement des métiers», signale-t-il.  Il poursuit que par  ces complexes, l’enfant vivant avec handicap se considère incapable dans tous les domaines ; ce qui rend lent son apprentissage. « A leur arrivée, ils passent un test de niveau où  ceux qui obtiennent une note inférieure à 50%  sont orientés dans la section d’alphabétisation et  les autres dans les trois sections techniques susmentionnées suivant la forme de handicap de chacun », indique M. Binunda. Il poursuit qu’au fur du temps, ces enfants s’adaptent aux métiers qu’ils apprennent et sortent étant biens formés.Tenant compte de ces défis, M. Binunda appelle les parents à ne pas stigmatiser les enfants vivant avec handicaps mais plutôt les encourager à développer leurs talents car, explique-t-il, c’est cette stigmatisation qui les affecte psychologiquement et qui freinent leur développement cognitif.

Eric Sabumukama

Ouvrir