Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Universite du Burundi> Conférence-débat sur les massacres des étudiants hutus en 1995

Dans le cadre de la commémoration du 25e anniversaire des massacres des étudiants commis dans les différents campus de l’Université du Burundi, l’association des rescarpés  de ces massacres « Zirikana UB-1995 » a organisé le jeudi 9 juillet 2020 une conférence-débat sous les thèmes « Les huit étapes vers le génocide et comment guérir d’un traumatisme psychique ».santé3

En costume noir, chemises blanches avec des cravattes rouges, les conférenciers Aloys Batungwanayo et Anicet Niyonkuru ont respectivement développé les thèmes « Huit étapes vers un génocide et comment guérir d’un traumatisme psychique ». Certains participants ont demandé à ce que  ces tueries soient spécifiés, qu’elles ont été perpetrées contre les étudiants Hutu. D’autres voulaient savoir si ces massacres peuvent être qualifiés de génocide. A cette question, Aloys Batungwanayo dit qu’il faut attendre la Commission vérité et reconciliation. « Un massacre peut être qualifié selon les étapes juridique, historique et activiste », a-t-il indiqué.A la question de savoir toute la vérité sur ces massacres, Anicet Niyonkuru demande à la Commission vérité et réconciliation (CVR) d’aider à accoucher la vérité sur les différents évenéments sanglants qu’a connus le Burundi.

La recherche de la vérité et la traduction des auteurs devant la justice 

Le président de l’association des rescarpés de ce massacre de 1995, « Zirikana UB-1995 », Ambassadeur Joseph Nkurunziza lance un message d’espoir en affirmant que le gouvernement burundais se penche sur cette question. Il espère que les auteurs de ces massacres soient traduits devant les juridictions. « Nous sommes à l’étape d’identifier les victimes ». Il a fait savoir que l’association s’est donné l’objectif de combattre toute personne ou idéologie pouvant mener au génocide. Il a promis de multiplier les séances de sensibilisation pour que la population change de mentalités afin d’adhérer aux idéologies d’unité et de paix.Alors  qu’il y a une personne qui a été condamnée, M. Nkurunziza s’indigne qu’il y ait beaucoup d’autres présumés auteurs connus qui ne sont pas inquiétés. Comme indiqué, plus de cent étudiants hutus ont été sauvagement tués dans les différents campus de l’Université du Burundi.     

 MOÏSE NKURUNZIZA

Ouvrir