Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Sauvegarde de l’hygiène>Rôle de la jeune

Dans le cadre de garder une bonne santé, différentes sociétés naissent pour se charger du nettoyage des déchets dans différents milieux afin de garantir l’hygiène et partant le bien-être de la population. Ce qui est alors une source de développement. Les jeunes ont une part considérable pour avoir un pays propre et développé étant donné qu’ils constituent la majorité de la population burundaise.durable

Lors d’un entretien du mardi 7 juillet 2020, le chargé de la communication au sein de la Société de nettoyage multiservice (Sonemu) s’occupant de l’hygiène, David Joël Niyomwungere fait savoir que le rôle que les jeunes peuvent jouer en vue de sauvegarder l’hygiène est prépondérant. Il  indique que le groupe des jeunes dont il faut partie qui ont terminé les études universitaires et secondaires ont pris l’initiative de s’intéresser à l’hygiène pour arriver au développement durable de notre pays. Leur inspiration est venue de l’insalubrité qui s’observe dans certaines localités du pays ainsi que dans  certains ménages et établissements où la propreté n’est pas garantie. L’implication de la jeunesse burundaise en matière de la sauvegarde de l’hygiène pourra aider à avoir des milieux sains en faveur de la santé et du bien-être de la population en général. Surtout qu’au Burundi, la jeunesse constitue la frange la plus importante de la population.

Sans l’hygiène, une régression économique devient possible

M. Niyomwungere explique comment l’implication positive des jeunes peut conduire le pays au développement, tout comme la négligence vis-à-vis de l’hygiène peut provoquer  une régression économique.«Par exemple, quand un caniveau où il y a des eaux stagnantes n’est pas bien entretenu, les moustiques s’y développent.   Ce qui par après peut causer le paludisme chez la population environnante. Les gens qui souffrent de cette maladie deviennent incapables de vaquer à leurs activités pour augmenter la production. Ils enregistrent des dépenses, voire des dettes pour les soins sanitaires. Cela amène des problèmes financiers dans certains ménages.  D’où le recul du développement», explique-t-il.Notre interlocuteur signale que même s’il y a des sociétés en charge de la collecte des déchets ménagers ainsi que d’autres organisations qui s’occupent de l’hygiène, il s’observe encore des objets non biodégradables éparpillés dans différents endroits. M.Niyomwungere conseille aux jeunes de prendre les devants pour contribuer à la sauvegarder de l’hygiène dans leurs milieux respectifs.


Claude  Hakizimana (stagiaire)

Ouvrir