Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

VENTE DE FLEURS > Sa contribution socio-économique

Au Burundi, les fleurs sont beaucoup utilisées dans les cérémonies tant douloureuses qu’heureuses. C’est l’exemple lors des funérailles, de la célébration des mariages, de la remise des diplômes, de dot ainsi que des amoureux qui se donnent des fleurs pour signe d’amour. Ceux qui exercent le commerce des fleurs en face de la librairie Saint Paul de Bujumbura disent que cette activité est rentable. fleur

Au cours d’un entretien, le jeudi 18 juin 2020, Longin Niyongabo, un des fleuristes qui fabriquent et vendent les fleurs nous a fait savoir que son activité contribue beaucoup à la survie des ménages en particulier et au trésor public en général. «Lorsque nous sommes en train de travailler, nous devons payer les taxes, cela est aussi une contribution au développement de notre pays», précise-t-il. A côté de la vente des fleurs, M. Niyongabo indique également qu’il y a d’autres activités que les fleuristes exercent, à savoir, la décoration des salles pour les cérémonies de mariage, la décoration des véhicules pour les funérailles et le mariage. S’agissant des prix, une fleur des funérailles s’achète au moins 20 000 FBu au moment où celle de mariage coûte entre 5 000 et 15 000 FBu. «Le prix varie aussi en fonction marchandage avec le client sans oublier qu’il y a des produits importés que nous utilisons dans ce travail et ce qui impacte sur le prix», précise-t-il. 

Une aubaine pour les élèves en vacances

Notre interlocuteur explique que leur activité est facilitée par des gens qui leur fournissent des fleurs et d’autres matériels en provenance de leurs familles. Selon lui, c’est aussi une opportunité pour les élèves en vacances qui vivent dans les montagnes surplombant la ville de Bujumbura car ils tirent profit des fleurs qu’ils amènent et vendent aux fleuristes. M. Niyongabo témoigne que qu’il gagne entre 10  000 et 20 000 FBu par jour. Un client rencontré sur le lieu et qui était en train d’acheter une fleur pour des funérailles trouve que les fleuristes aident plusieurs personnes dans des moments de bonheur et de dures épreuves.

 
CLaude Hakizimana (stagiaire)

Ouvrir