Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

vie Des couples> Les crises menaçant la vie conjugale

La crise se distingue par le fait que l’un ou les deux membres du couple se sent mal dans sa relation affective et conjugale. Les partenaires ne se reconnaissent plus, ne se comprennent plus. Bény Ndayishimiye, conseiller conjugal et sexuel souligne que les couples qui surmontent les crises conjugales en ressortent renforcés et leur amour se rafermit.couple


Dans un entretien accordé le   2 juillet 2020, Bény Ndayishimiye, indique qu’il existe plusieurs formes de crises conjugales. Il existe une crise de vérité qui commence dès les fiançailles quand il y a du mensonge dans qu’on se fait ; quand on promet ce qu’on n’a pas. Cette crise s’observe aussi au cours du mariage. C’est lorsque l’un des partenaires cherche à cacher la vérité pensant que si l’autre  la connaîtrait, elle le blesserait. Donc, la crise de la vérité s’observe au niveau des promesses qui ne sont pas atteintes en la dissimulant. Elle pourrait aussi provenir des mensonges qui poussent à l’un des partenaires de voiler sa vraie face. C’est d’ailleurs l’un des outils majeurs pour tuer la vie conjugale.M. Ndayishimiye signale qu’il y a aussi la crise de l’amour. Dans ces jours, il y a des couples qui font des mariages de raison. Quand il n’y a pas d’amour, ce n’est plus un couple conjugal, cela devient une forme de collectif pour élever les enfants. Les mariages qui ne sont pas fondés sur l’amour ne tardent pas à s’affaiblir au point d’infidélité.Bény Ndayishimiye souligne que les crises sexuelles sont de quatre dimensions. Les crises de communication sexuelle (ce qu’on aime et ce qu’on n’aime pas pendant l’acte sexuel, même dans la vie conjugale ou relationnelle); des communications par rapport à des préférences sexuelles pour construire l’ idéal sexuel et une communication basée sur une évaluation conjugale, amoureuse et sexuelle et une crise des préliminaires, des pathologies, des maladies génitales, vasculaires, cardiologiques rudimentaires qui font que des personnes ne font pas normalement de rapports sexuels. Cela s’observe au niveau des hommes et des femmes avec l’hypo activisme des désirs sexuel. C’est une crise liée à des violences qui s’observent au niveau des couples. D’ailleurs un rapport sexuel qui n’a pas de communication ou des préliminaires est violant.Et enfin, M. Ndayishimiye souligne qu’il existe une crise de l’étiquette.Ce sont des noms qu’on attribue à un mari ou une femme  à cause des dégâts faits dans le couple. Par exemple, une étiquette comme un méchant, un rebelle, un vaut  rien, un irresponsable. Cette étiquette est une crise réelle parce que l’homme peut faire une erreur mais cela n’identifie pas sa crédibilité ou son identité. Ces actes  peuvent menacer ou corrompre mais ces étiquettes tuent les relations dans plusieurs phases. C’est un problèmeréel car si l’autre le découvre, il affiche un comportement anormal.M. Ndayishimiye conseille aux couples vivant dans ces crises, à faire une prise de conscience personnelle pourdétecter la cause.Si l’un des partenaires est fautif, c’est mieux d’adopter une autre dimension de sagesse et d’humilité pour enfin demander pardon et changer. Une autre solution est d’engager un dialogue  avec votre partenaire pour sauver votre couple.

GRACE NIYONZIMA (STAGIAIRE)

Ouvrir