Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CENTRES CULTURELS> Leur rôle dans le développement et le renforcement de la culture burundaise

La culture est une caractéristique de chaque pays. Suite à l’évolution technoloque dans le monde, il y a un risque d’oublier la culture de notre pays en faveur de  celle de certains pays étrangers. Dans un entretien nous accordé le mardi 16 juin 2020, Rosette Irambona, le porte-parole du ministère de la Culture et des sports, a indiqué que les centres culturels jouent un rôle très important dans l’éducation de la jeunesse en vue de renforcer notre culture  sans oublier le développement du pays. Elle demande à tout un chacun de jouer son rôle pour la sauvegarde de la culture burundaise.culture

Au cours de cet entretien, Mme Irambona a fait savoir  que les centres culturels contribuent beaucoup dans le développement de notre pays, sauf dans ces  derniers temps où le monde entier est dans une situation difficile suite à la pandémie du COVID-19. «Quand des étrangers ou des Burundais visitent ces centres culturels, il y a une certaine somme d’argent qu’ils payent et cette dernière aide pour soutenir le financement octroyé par le gouvernement pour assurer un bon fonctionnement de ces centres», a-t-elle dit. A côté de cela, le porte-parole du ministère ayant la culture et les sports dans ses attributions a aussi indiqué qu’une autre contribution de ces centres culturels rentre dans le cadre d’éduquer la jeunesse burundaise. Les jeunes sont les futurs leaders  de demain et pour cela, cette jeunesse doit comprendre ce qui a caractérisé nos ancêtres, mais aussi pour que les jeunes deviennent responsables. «A titre d’exemple, dans ces centres culturels, chaque chose a sa signification relative à ce qui a marqué nos aïeux. En visitant ces lieux, il y a des agents qui peuvent leur expliquer certains éléments sans oublier certaines interdictions que nos ancêtres ont respectées sans doute», a expliqué Mme Irambona, qui a ajouté qu’il est si nécessaire pour les jeunes et tout Burundais d’avoir des connaissances sur notre culture pour discerner le bien  et le mal.

Projet de construire la maison de la culture burundaise sur le plan national

Mme Irambona a rappelé que le Tambour, le patrimoine du Burundi, est déjà reconnu internationalement par l’Unesco. Vu l’importance de connaitre et de sauvegarder notre culture, c’est pour cette raison qu’il y a un projet de construire une maison de la culture burundaise sur le plan national en province de Gitega. Ladite maison, a-t-elle poursuivi, abritera tout ce qui a caractérisé le Burundi, les caractéristiques de chaque province se rencontreront dans cette maison.En plus, notre interlocutrice n’a pas manqué de signaler que le ministère de la Culture et des sports organise des compétitions de danses traditionnelles, des activités artistiques où les gens ayant des talents différents  se rencontrent par région avec l’intention d’aider la population et les jeunes, en particulier, à observer  ce qui a caractérisé d’autres régions en matière de culture.Mme Irambona a terminé ses propos en prodiguant des conseils à la population. Quand la pandémie du Covid-19 s’arrêtera, elle conseille aux jeunes de visiter les centres culturels pour apprendre et comprendre tout ce qui est en rapport avec notre culture. Les parents, premiers éducateurs des enfants, sont appelés à toujours chercher du temps pour dialoguer avec leurs enfants en leur racontant certaines caractéristiques de la culture burundaise.  

CLAUDE HAKIZIMANA (STAGIAIRE)

Ouvrir