Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ISTEEBU>Atelier national de dissémination des projections démographiques de 2010-2050

L’institut des statistiques et des études économiques du Burundi (Isteebu) a organisé, le mardi 30 juin 2020, un atelier national de dissémination des projections démographiques  du Burundi jusqu’au niveau communal sur la période 2010-2050. Selon le directeur général de l’Isteebu, Nicolas Ndayishimiye, ces projections constituent une clé pour la planification, le suivi et l’évaluation des programmes et politiques de développement. isebu


Le directeur général de l’Isteebu indique que la méthode utilisée se base sur trois hypothèses, à savoir l’hypothèse avec une forte fécondité, l’hypothèse avec une faible fécondité et l’hypothèse avec une moyenne fécondité. Au regard de ces trois hypothèses, M. Ndayishimiye dit que les estmations montrent qu’en 2050 la population burundaise va varier entre 18 et 22 millions d’habitants avec un accroissement naturel annuel de 300 000 personnes, soit un taux d’accroissement naturel d’à peu près 2,5%.Ces projections sont d’ordre national, provincial et communal. Selon M. Ndayishimiye, la commune constitue le plus bas niveau de planification du développement de notre pays. Ce qui signifie que ces données vont servir tant dans l’élaboration des plans communaux de développement communautaire que dans le suivi des politiques et stratégies sectorielles qui seront mises en place. 

Une politique appropriée

Le directeur général de l’Isteebu a fait savoir qu’une augmentation de la population a des conséquences négatives si elle n’est pas suivie par une politique appropriée ou si elle n’est pas planifiée. Cette augmentation a des conséquences dans tous les domaines de la vie nationale que ce soi aux niveaux de l’éducation, de la santé, de la nutrition, des infrastructures de dévelopement, de l’environnement, etc.Pour bien amorcerr le processus lié à la croissance démographique, M. Ndayishimiye souligne qu’il est plus urgent  pour le Burundi de mettre en place une politique nationale de la population  pour montrer les domaines dans lesquels le gouvernement du Burundi peut investir plus que dans d’autres afin que la croissance démographique soit un vecteur et non une entrave au développement du pays. 

La sensibilisation à la limitation des naissances

En plus de cela, il va falloir continuer à mettre en oeuvre tout ce qui est préconisé en rapport avec la planification en vue de la limitation des naissances parce que les données montrent qu’en moyenne, les femmes burundaises mettent au monde plus de 5 enfants au cours de leur vie féconde. Il va de soi que la population va continuer à augmenter  tant que le comportement ne change pas. D’où il faut penser à élaborer la politique nationale de la population et  à poursuivre la sensibilisation à la limitation des naissances.

Un nouveau recensement prévu en 2022

Le directeur général de l’Isteebu signale que le prochain recensement général de la population, de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage au Burundi est prévu en 2022. A ce sujet, l’assistant du représentant résident de l’UNFPA au Burundi, Gervais Barampanze réaffirme l’engagement de l’UNFPA à appuyer le gouvernement du Burundi dans la réalisation du récensement de la population et invite les partenaires à se joindre à eux pour mettre à la disposition des acteurs des données de population désagrées de qualité que seule le recensement pourra produire.


EZECHIEL MISIGARO

Ouvrir