Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ANSS> Prise en charge des orphelins du sida

L’Association nationale de soutien aux séropositifs et malades du sida (ANSS) prend en charge les orphelins du sida et autres enfants rendus vulnérables par la pandémie. Dans cette prise en charge, elle rencontre des difficultés surtout celles liées aux moyens financiers qui sont  limités. sida

L’ANSS prend en charge les orphelins du sida. Il s’agit donc des orphelins des bénéficiaires de cette association. Dans un entretien avec Léonie Nizigiyimana, responsable du service psycho-social qui est chargé de la prise en charge des adultes, des enfants, des adolescents et des jeunes, elle indique que l’association soutient également les enfants sains, frères ou sœurs de ceux pris en charge dans les soins de santé et  dans l’éducation scolaire mais dans la mesure du possible.L’association soutient ainsi dans les soins de santé  les enfants sains, frères ou sœurs de ceux pris en charge par l’ANSS mais qui  souffrent  d’une maladie chronique comme le diabète et l’épilepsie.  Elle  les oriente également au ministère ayant les affaires sociales dans ses attributions pour qu’on les prenne en charge.

Des critères existent

 Fabrice Nikuze, chargé de l’accompagnement psychologique des enfants, adolescents et jeunes a, quant à lui, signalé que toute personne  testée positive au VIH-sida est prise en charge par l’ANSS  quand elle s’y oriente. C’est notamment en ce qui concerne les soins de santé. Mais en cas de prise en charge sociale, c’est-à-dire  s’ils ont besoin du paiement du minerval, du loyer et de la nourriture par exemple, il existe des critères bien définis qu’on doit analyser et, faute de moyens, on prend en charge ceux qui sont dans le besoin plus que d’autres.  Dans leur vie au quotidien, les enfants  orphelins du sida font face à de nombreux problèmes. Certains d’entre-eux sont nés avec le VIH-sida. Ces derniers ne sont pas en bonne santé puisqu’ils n’ont pas été suivis. D’autres sont victimes de différentes maladies, y compris la malnutrition. A l’âge avancé, quelques enfants commencent à demander pourquoi ils prennent toujours des médicaments et il y en a même qui se révoltent et refusent catégoriquement de poursuivre le traitement. D’autres encore ne prennent pas correctement les médicaments. M. Nikuza ajoute le manque d’affection puisque ces orphelins sont souvent élevés dans des familles qui ne sont pas les leurs. Ces enfants sont également pointés du doigt, stigmatisés et discriminés. Pour la plupart d’entre eux, leurs biens sont spoliés.  Il y a également l’instabilité familiale ainsi que le manque de moyens financiers pour subvenir à leurs besoins, etc.

 Faire régulièrement le dépistage

Mme Nizigiyimana fait remarquer qu’une personne séropositive peut se marier avec une autre personne saine. « Une personne séropositive bénéficiant d’un traitement ARV efficace et dont la charge virale est indétectable, ne peut plus transmettre le virus », a-t-elle dit avant d’ajouter que les couples sérodifférents existent. Ils peuvent mettre au monde des enfants sains s’ils ont bien suivi les conseils des médecins. Nos interlocuteurs recommandent aux gens de faire le dépistage régulièrement afin de connaître leur statut sérologique. Ils recommandent également aux parents de privilégier le dialogue avec leurs enfants surtout les jeunes adolescents puisque cette période est difficile à gérer.

 
Emelyne Iradukunda

Ouvrir