Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MURWI> Pénurie du haricot chez les grossistes

Dans une période de deux semaines, le haricot qui fait l’alimentation de base des ménages burundais est introuvable sur le marché en commune Murwi. Les grossistes de la localité donnent les raisons de la pénurie. Mais également, à l’ œil nu, cette pénurie se remarque car leurs boutiques sont vides.Murwi21

Dans un entretien avec la rédaction du journal Le Renouveau du 17 mai 2020, Pacifique Ndikumana, un des grossistes du haricot au centre de Murwi dit que, le prix du haricot a commencé à monter petit à petit : « Au cours de ces deux dernières semaines, il a monté de plus de 500 francs par kilo. « Aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous engager dans la vente car nos clients ne pourront pas en acheter. Par exemple le kilo du haricot communément appelé « Kinure » s’achetait à 1 400 franc il ya deux semaines, aujourd’hui il s’achète à 2 000 francs si nous parvenons à le trouver ». Le haricot « Kajumbura » qui s’achetait à 1600 francs le kilo s’achète à 2 500 francs si nous en trouvons sur le marché. Malheureusement comme je peux le dire, nos clients ne peuvent pas en acheter. Ils sont dans l’incapacité face aux moyens. Cela a fait que nous arrêtions de le vendre; le prix a monté nos boutiques sont vides, a-t-il ajouté.Selon Pacifique Ndikumana, cette pénurie est due au non fonctionnement de certains endroits de subvention à cause du Covid19. Mais également, cette denrée alimentaire manque dans les ménages qui en vendaient pour se procurer d’autres produits de première nécessité. Sans toutefois oublier que la pluie qui a frappé la région au mois d’Avril a fait peur aux cultivateurs que la récolte ne sera pas bonne. «Lorsque nous allons  acheter le haricot chez les fournisseurs, ils nous disent qu’ils n’en ont pas. Lorsque nous le trouvons, il est cher nous disent que c’est parce que les frontières sont fermées à cause du Coronavirus. Dans les ménages, nous ne trouvons pas le haricot car ceux qui en ont précisent qu’ils vont le consommer. Lorsque nous en trouvons, il est trop cher qu’il nous est difficile de l’acheter pour le vendre dans nos boutiques. Plus encore, nous ne recevons plus le haricot en provenance de la province de Kirundo ou de Makamba qui étaient les greniers du haricot après celui récolté dans la commune Murwi. La pluie tombée au mois d’Avril dans la région a fait peur aux cultivateurs qui craignaient que la récolte ne soit pas bonne. Raison pour laquelle le haricot en provenance des ménages n’existe plus sur le marché» a-t-il ajoute.


LAURENT MPUNDUNZIZA(STAGIAIRE)

Ouvrir