Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MARCHE COTEBU> Panier de la ménagère sur les vivres secs

Dans la municipalité de Bujumbura,les prix des vivres secs sont de plus en plus revus à la hausse. Les consommateurs se lamentent beaucoup de cette situation inquiétante. Les vendeurs de ces produits expliquent qu’ils ne sont pas responsables de cette hausse de prix. Ils disent qu’ils en subissent aussi les conséquences. Ils demandent au gouvernent de s’en charger.

voici les prix des vivres secs tels que votre journal le Renouveau les a trouvés le jeudi 14mai 2020 au marché communément appelé cotebu comparablement au 2 mois précédents:cotebu

produits prix/kg du 14mai 2020 prix/kg du 13 avril 2020 prix/kg du 16mars 2020
haricot jaune 2600fbu 2200fbu 2200fbu
haricot dit kinure 2500fbu 1900fbu 1700fbu
haricot dit kirundo 2200fbu 1600fbu 1400fbu
riz tanzanien 1ère  3000fbu 3000fbu 3000fbu
qualité 2700fbu 2500fbu 2500fbu
riz tanzanien 2ème 2200fbu 2200fbu 2000fbu
qualité 2000fbu 2000fbu 1900fbu
riz zambien 1800fbu 1800fbu 1400fbu
riz dit umurundi 3500fbu 3500fbu 3500fbu



Les vivres secs consommés souvent par les habitants de Bujumbura sont le haricot et le riz. Les prix de ces vivres secs sont en hausse malgré qu’ils soient des produits qu’on cultive ici au Burundi. Au marché communémentappelé Cotebu,les consommateurs se lamentent en disant que ce n’est pas compréhensible que le prix du haricot continue à augmenter alors qu’à l’intérieur du pays les cultivateurs ont déjà commencé la récolte. Ils pensent que ce sont les vendeurs qui profitent de la situation pour s’enrichir. Les vendeurs, quant à eux, expliquent qu’ils ne sont pas responsables de cette hausse de prix. Ils disent qu’ils en subissent aussi les conséquences car les acheteurs commencent à ne plus en consommer.Les consommateurs demandent au gouvernement de prendre en main cette question. Ils disent qu’ils n’arrivent plus à tenir tout un mois vu que les prix augmentent alors que leurs sources de revenus restent les mêmes. La plupart d’entre eux utilisent le salaire mensuel pour nourrir leur famille et avec cette hausse des prix ils se trouvent dans une situation inconfortable.


Gratiella Irakoze (Stagiaire)

Ouvrir