Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ministere de la communication et des medias > Atelier de planification et de formation des journalistes reporters du processus électoral 2020

Le ministère de la Communication et des médias organise un atelier  de planification et de formation des journalistes reporters du processus électoral 2020, du jeudi 14 au vendredi 15 mai 2020, au chef-lieu de la province de Mwaro.L’objectif principal de l’atelier est de vérifier et corriger les fautes commises au cours de cette campagne électorale.commossion1


Dans son discours d’ouverture de l’atelier, le ministre de la Communication et des médias, Frédéric Nahimana a indiqué que les journalistes reporters choisis pour le suivi du processus électoral ont un grand rôle à jouer pour son bon déroulement.Au cours de la synergie des médias lors du lancement de la campagne électorale, il y a eu de très bonnes activités mais aussi des fautes qui ont été commises, qu’il faut éviter le jour des élections, a dit M. Nahimana. L’objectif principal de l’atelier est de vérifier et corriger les fautes qui ont été commises au cours de cette campagne électorale en cours, a-t-il ajouté.Le ministre Nahimana a indiqué qu’il souhaite qu’aucune faute déjà commise ne réapparaisse plus au cours de la période suivante dans le travail du journaliste. Selon lui, tout journaliste présent dans l’atelier doit savoir les principaux éléments pour bien transmettre les informations en rapport avec les élections. Il doit également savoir ce qui n’est pas permis en suivant scrupuleusement la loi régissant la presse au Burundi.Le ministre en charge de la communication et des médias a demandé aux journalistes d’éviter la partialité. « Les journalistes doivent éviter de donner une place de choix aux  informations sentimentales. Il faut toujours chercher à savoir les conséquences des informations données et éviter de diffuser les insultes ou le mauvais langage de certains politiciens, a-t-il dit.M. Nahimana a demandé de rayer sur la liste de la synérgie tous les journalistes qui ont commis des fautes graves sans parti pris.


Martin  Karabagega

Ouvrir