Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

transport>Reprise de la circulation de moto en ville

Les conducteurs de tuk-tuk de la municipalité de Bujumbura manifestent  leur joie. Il y a de cela quelques jours une mesure  a été prise par la mairie, les autorisant à accéder au centre-ville ainsi que les motos. Cette mesure autorise également les tuk-tuk à circuler en ville jusqu'à 21 h. Bien que ces conducteurs de tuk-tuk accueillent chaleureusement cette mesure,des propos et doléances ne  manquent pas.Tuk tuk 21

En date du 12 mai 2020, des conducteurs de tuk-tuk du parking Saint Michel se sont entretenus avec la rédaction du quotidien  Le Renouveau .Ils ont donné leurs points de vue sur lamesure d’augmentation des heures de circulation et l’accès des motos au centre-ville de Bujumbura.


Tous cherchent le pain quotidien

Pascal Niyonzima, un des conducteurs de tuk-tuk, se dit satisfait par la nouvelle mesure. «Nous sommes heureux face à cette mesure car travailler jusqu'à seulement 19 h ne nous aidait pas beaucoup. Cette mesure va apporter une plus value pour nous et nos familles. Travailler jusqu'à 21 heures nous permettra de rentrer avec un montant de plus qu’auparavant ». Malgré cet enchantement, M.Niyonzima n’a pas oublié de dire que la présence des motos en ville en ce moment peturbe leur travail. «Nous travaillons après la rentrée des motos. Aujourd’hui les passagers prennent plus les motos que les tuk-tuk. Leur présence en ville perturbe notre travail. L’accès des motos en ville a diminué notre chiffre d’affaire,». a-t-il dit. «Bien que le rendement journalier est perturbé, nous cohabitons car nous cherchons tous le pain quotidien » a ajouté M.Niyonzima.


Augmenter les heures de travail pour les bistros aussi»

Pascal Niyonzima demandé aussi que les heures de travail soient augmentées pour les bistros. « Avant la mesure qui nous empechait de travailler jusqu'à l’heure permise aujourd’hui, nous profitions de ceux qui rentraient des bars ». Raison pour laquelle ces conducteurs demandent l’augmentation des heures de circulation et les heures d’ouverture des bars en municipalité de Bujumbura.«Les motos nous prennent les clients pendant la journée. Nous pourrions profiter des clients qui sortent des bistros ; si il est possible qu’on augmente les heures de circulation et celles d’ouverture des bistros »,.a-t-il également souhaité.


Laurent Mpundunziza (Stagiaire)

Ouvrir